Le Crips s’intéresse à l’éducation partagée

Les 10, 11 et 12 juillet 2017, le Crips a participé à l’université d’été de Prisme intitulée « Avec les parents et les enfants : évaluer, accompagner, gouverner les politiques éducatives dans les territoires ». Retour sur ces trois journées à l’université de Toulouse.

Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017
Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017
Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017
Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017
Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017
Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017
Université d'été de Prisme les 10, 11 et 12 juillet 2017

S’intéressant à l’évolution des politiques éducatives territoriales, cette université d’été nous a notamment permis d’en savoir plus sur la place des familles dans l’écosystème éducatif et l’évaluation des projets éducatifs territoriaux. Durant ces trois jours, la pédagogie inversée (on part des expériences de terrain plutôt que de la théorie) était de mise.

La place des familles dans l’écosystème éducatif

Valorisant les travaux du collectif « Mille et un Territoires », ces trois jours ont mis en lumière l’importance de la solidarité entre les différent·e·s acteur·rice·s de l’éducation, à savoir l’école, les collectivités, les associations, mais également et surtout les familles.

Différents exemples d’initiatives locales ont été rapportés au cours d’un atelier sur le développement du pouvoir d’agir des parents. Il s’agissait de projets associant les familles aux professionnel·le·s habituel·le·s (l’objectif étant de se faire croiser les savoir de chacun·e).

Le pédopsychiatre, consultant, formateur et militant associatif, Frédéric Jésu, est intervenu pour rappeler que « dans les familles comme au sein des structures et des projets éducatifs, les jeunes doivent être pleinement associé·e·s aux décisions qui les concernent ». À la suite de ce propos, il a été évoqué que l’implication des parents, mais aussi celle des jeunes, aux projets éducatifs, était source d’efficacité.

L’évaluation des projets éducatifs territoriaux

Alain Bollon, expert auprès de l’UNESCO sur les questions de l’évaluation des systèmes éducatifs, a insisté sur le fait que l’évaluation ne doit pas seulement intervenir à la fin d’un projet (à travers un simple questionnaire par exemple), mais tout au long du processus, et ce avec l’aide de tou·te·s les acteur·rice·s : professionnel·le·s, parents et jeunes (évaluation partagée).

Les questions plus techniques de l’évaluation, comme les instruments (critères/indicateurs), le rôle de chacun·e, ou les référentiels de compétences (porte folios), ont été abordées au cours d’un atelier sur les démarches évaluatives innovantes.