Engagement des jeunes : qu'en est-il aujourd'hui ?!

En 2016, l’Injep évaluait à 35% la proportion de jeunes régulièrement impliqués dans du bénévolat, avec, comme champs principaux, le sport, la santé et l’éducation (contre 26% en 2015). Le taux de participation bénévole des jeunes (18-24 ans) serait ainsi l’un des plus élevé d’Europe (2de position derrière l’Islande).

Paradoxalement, on observe un désintérêt des jeunes pour la politique, une perte de confiance synonyme de désengagement. C’est un fait : les jeunes s’engagent moins en politique.

Mais l’engagement n’est pas seulement politique ou syndical, il peut être social et sociétal. Et on remarque depuis quelques années une forte augmentation de l’intérêt des jeunes pour ces sujets.

Car l’engagement peut prendre des formes très variées. Les mouvements altermondialistes, essentiellement jeunes, ou la multiplication des instances jeunes, comme les conseils départementaux de la jeunesse ou les conseils de la vie lycéenne, ou bien encore les jeunes associations du champ de la jeunesse et de l’éducation populaire, comme Animafac ou l’AFEV, témoignent d’une dynamique et d’une grande vitalité de l’engagement.

Et les jeunes sont plutôt favorables, même demandeurs, de changements dans notre société. 79% d’entre eux pensent qu’un autre modèle économique et social est possible. C’est pourquoi de nombreux jeunes se tournent vers l’économie sociale et solidaire (ESS), ce qui est aussi une forme d’engagement.

L’ESS représente actuellement 7% des entreprises françaises et 10% des employés en France, mais, surtout, l’emploi y a progressé de 24% depuis 2000 (contre 4% en moyenne dans le privé).

De manière générale, les 15-30 ans cherchent à donner un sens à leurs actions, « faire quelque chose d’utile à la société » est une véritable attente en ce qui concerne leur emploi plus particulièrement, mais aussi le quotidien de manière générale. Car l’engagement permet de s’impliquer dans la vie de la cité mais est aussi une clé pour l’insertion sociale et professionnelle en permettant de développer des compétences nouvelles et de se créer un réseau.

Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics ont mis en place différents dispositifs pour promouvoir cet engagement et le soutenir. Il y a d’abord eu la création du Service civique, en 2010, ou encore le dispositif « La France s’engage » en 2014. Enfin, la Ligue de l’Enseignement encourage depuis toujours l’engagement des élèves grâce à des dispositifs au sein de l’école mais aussi en dehors.

La démarche du Crips en faveur de l'engagement des jeunes

Le Crips a également décidé de suivre ce mouvement, et même de l’impulser dans le secteur de la prévention, où l’on observe moins d’engagement qu’ailleurs. Car, permettre aux jeunes de s’engager, c’est leur permettre de devenir acteurs, et donc acteurs de leur santé. Pour nous, des jeunes qui s’engagent à nos côtés, ce sont également des jeunes qui deviendront des ambassadeurs de prévention, capables de faire de la prévention auprès de leurs pairs, et ainsi rendre les messages plus accessibles, et de les diffuser plus largement. Enfin, l’engagement personnel à des effets positifs sur la santé mentale et le bien-être, ce qui est aussi un facteur de bonne santé.

Notre but : accompagner et former des jeunes franciliens dans une démarche de promotion de la santé, en développant un réseau de pairs référents dans les territoires et en accompagnant des bénévoles, qui épauleront l’équipe du Crips dans ses actions.

Les jeunes sont volontaires et prêts à s’engager. A nous maintenant d’être en mesure de leur offrir des opportunités de s’exprimer et de prendre en main leur santé, ainsi que celle des autres.

A terme, nous souhaitons encourager l’engagement social et citoyen des jeunes à travers des programmes innovants :

Bénévolat

Nous développons et animons une communauté de bénévoles. Les jeunes sont formés avant de nous rejoindre sur nos actions. Ils développent ainsi des compétences et acquièrent des connaissances sur nos thématiques, enrichissent leur expérience en animation, et, surtout, partagent des moments conviviaux.

Hackathons

Après un premier hackathon réussi, le SpeedHack, en mars 2018, nous proposons à des étudiants issus de différents cursus de se réunir durant trois jours, en novembre, pour développer un parcours numérique, mais avec une dimension humaine, pour les jeunes. L’objectif : les accompagner dans leur vie affective et sexuelle et renforcer leur connaissances et compétences sur ces questions. Des partenaires et experts sont présents tout au long du week-end pour aider et soutenir les « hackers » dans le développement de leur projet.

Escape Camp

Nous souhaitons valoriser l’engagement des jeunes et les pousser à se mettre au service de la société. Pour cela nous avons mis en place une Université d’été, « l’Escape Camp », permettant de fédérer les acteurs de la jeunesse, du secteur institutionnel et du monde de l’entreprise pour donner aux jeunes, les outils nécessaires au montage de projets professionnels, engagés et innovants, en santé.

Couveuse « Jeunes Entrepreneurs en Santé »

A terme, nous souhaitons accompagner des jeunes souhaitant mettre en place des projets pionniers, en lien avec nos thématiques, dans leur démarche de création. Nous leur apporterons un accompagnement et un soutien à plusieurs niveaux, notamment en construisant un écosystème d’entrepreneuriat qui concoure à l’avancée de la prévention et de la promotion de la santé auprès des jeunes.