Sexualité des plus de 50 ans et VIH

Différents facteurs se superposent pour faire des plus de 50 ans une population particulièrement vulnérable à l'infection à VIH.

Une sexualité active

A plus de 70 ans, une personne sur trois déclare avoir un rapport sexuel au moins deux fois par mois constate une étude nationale britannique réalisée auprès de 6201 personnes âgées de 50 à 90 ans, hommes et femmes, participant à la cohorte ELSA (English Longitudinal Study of Ageing).

L'activité sexuelle diminue avec l'âge mais une proportion non négligeable d'hommes et de femmes restent sexuellement actifs jusqu'à 80 voire 90 ans.

Perception du risque et recours au dépistage

Une enquête française menée en septembre-octobre 2014 auprès de 1310 personnes âgées de 50 à 70 ans a montré que la majorité d'entre elles ne se sentent pas concernées par le VIH. Parmi celles qui ont des relations sexuelles avec plusieurs partenaires, 40 % déclarent n'avoir jamais utilisé de préservatif dans les cinq années précédant l'enquête. Or avec l'âge les muqueuses se fragilisent, en particulier chez la femme mais aussi chez l'homme, ce qui favorise la transmission du VIH.

Cette population a aussi moins recours au dépistage. En conséquence, les découvertes de séropositivité y sont tardives avec une importante immunodépression et un taux de lymphocytes TCD4 en dessous de 200 par millilitre de sang. Or l'avancée en âge se manifeste par une moindre efficacité du système immunitaire et une moindre réponse aux traitements.

  • En 2011, les plus de 50 ans représentent 17 % des découvertes de séropositivité VIH en France contre 12 % en 2003.
  • 44 % de ces plus de 50 ans découvrent leur séropositivité à un stade tardif contre 28 % des 25-49 ans et 14 % des 15-24 ans.

Une population peu prise en compte

En France, la sexualité des plus de 50 ans est encore un sujet largement tabou. Aucune campagne de prévention du VIH et des IST ne s'adresse à cette tranche d'âge.
De leur côté, les professionnels de santé considèrent ces personnes comme moins (voire pas) à risque et leur proposent moins spontanément des tests de dépistage.

> Sexual health and well-being among men and women in England : findings from the English Longitudinal Study of Ageing / D. M. Lee et al. - Archives of sexual behavior, 27 janvier 2015.