La délivrance d'autotests VIH gratuits

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Qui ?

Les personnels médicaux ou non médicaux formés à l'utilisation des tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) du VIH exerçant dans

• les CeGIDD

• les organismes de prévention sanitaire habilités à réaliser des TROD du VIH

• les centres d'addictologie (CSAPA)

• les centres de réduction des risques liés à la toxicomanie (CAARUD)

• les appartements de coordination thérapeutique

Pour qui ?

• les populations fortement exposées au risque de transmission du VIH.

• les personnes hors du système actuel de dépistage ou réticentes à effectuer un dépistage.

• les personnes en situation de précarité administrative, socio-économique ou d'isolement géographique.

---

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), les populations concernées sont les suivantes : HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes), personnes transgenre, UDI (usagers de drogues par injection), personnes originaires de zones à forte prévalence [Afrique subsaharienne, caraïbes], travailleur·se·s du sexe.

Comment ?

• Après un premier entretien individuel (soit dans les locaux de la structure, soit par téléphone ou Internet) proposant:

- Confidentialité
- Information sur les pratiques d’utilisation et d’interprétation
- Liberté de réaliser le test
- Délivrance de l'autotest à titre personnel
- Information sur les limites inhérentes à l'autotest

• Diffusion de supports d'assistance à distance

• Information sur Réactovigilance, le système de vigilance mis en place et la possibilité de signalement d’un incident ou défaillance relatif à l'autotest --> reactovigilance@ansm.sante.fr

• Information des modalités d'élimination des déchets

Quelles prises en charge ?

En cas de résultat positif

• L'autotest VIH doit être confirmé par la réalisation d'un test de diagnostic biologique par un laboratoire de biologie médical.

• L’usager est orienté vers un médecin, un établissement de santé ou un service de santé, afin d'entamer un parcours de soin et de bénéficier d'une prise en charge.

• Les coordonnées des structures de prise en charge géographiquement compétentes sont fournies à la personne ainsi que les coordonnées de structures pour le soutien, conseil et accompagnement vers cette prise en charge thérapeutique.

---

En cas de résultat négatif

• Les limites inhérentes à l'interprétation du résultat de l'autotest doivent être prises en compte : réaliser un examen de biologie médicale, notamment en cas de risque récent de transmission du VIH.

• L’usager est informé du traitement prophylactique post-exposition (TPE), pour une prise de risque datant de moins de 48 heures.

• Les différents moyens de prévention du VIH sont indiquées à la personne ainsi que les différentes structures de prévention et de dépistage du VIH, des hépatites virales et des IST telles que les CeGIDD, les associations habilitées pour réaliser des TROD, les médecins généralistes, les laboratoires de biologie médicale publics ou privés.

Ressources complémentaires

Arrêté du 18 août 2016 fixant les conditions particulières de délivrance de l'autotest de détection de l'infection par les virus de l'immunodéficience humaine (VIH 1 et 2) et les modalités d'information et d'accompagnement de la personne en application de l'article L. 3121-2-2 du code de la santé publique

---

Le test rapide de dépistage du VIH [décryptage]. Crips Ile-de-France. Janvier 2016

---

Réévaluation de la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France [synthèse]. Haute Autorité de Santé. Mars 2017