Monter un stand de prévention

Les stands de prévention constituent un format d'animation autour d'un ou plusieurs thèmes. Ils sont particulièrement adaptés aux espaces ouverts, libres d'accès, tournés vers le grand public.

Généralement, on imagine un stand sous la forme d'une table, quelques chaises, des affiches, un ou deux jeux et de la documentation.

Pourtant, il existe des formats de stands moins formels avec davantage de mise en scène ou, au contraire, des stands plus minimalistes autour d'une animation phare.

Quand ? Où ?

Le stand peut avoir lieu lors d'un forum ou d'une semaine « santé », d'un festival, d'une fête organisée par le lycée ou CFA, à l'occasion des journées mondiales (journée de lutte contre le sida, journée pour le droits des femmes, journées contre l'homophobie, etc).

Comment ça marche ?

Le principe du stand est « d'aller vers » le public ciblé, en occupant un espace qui lui est commun et en lui proposant une activité sur un temps relativement court.

L'objectif est principalement de sensibiliser les personnes rencontrées à une thématique précise.

De plus, un stand s'organise selon des principes de développement local et cherchera toujours à favoriser une orientation de proximité. Il est donc indispensable d'impliquer des partenaires locaux afin de donner une cohérence à cette rencontre de terrain avec le public.

Par exemple :

  • si je décide de proposer un jeu de pose de préservatif au sein d'un forum « santé », je chercherais à impliquer le centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) le plus proche.
  • Si je préfère installer une sensibilisation autour des prises de risques liées aux drogues, dans un parc de la ville pendant l'été, je peux installer une animation lunettes alcool avec un centre de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) local, la Prévention routière et les éducateurs de rue.

Quelques conseils pratiques

Pour mettre en place un stand de prévention, il faut :

  • choisir une thématique
  • choisir un ou deux outils adaptés (favoriser les jeux participatifs et faciles d'accès).

Le rapport à chaque personne rencontrée sera assez individuel. Il est donc possible d'avoir des animations relativement ciblées, à condition de penser à élargir la conversation lors du débriefing avec les participants.

Et il faudra toujours favoriser l'orientation spécifique vers les partenaires locaux identifiés.

  • Le stand est mobile, ludique et facile d'accès.
  • Faire un stand ne veut pas nécessairement dire s'asseoir à deux derrière une table.
  • Le but du stand n'est pas de développer une longue réflexion autour des idées reçues mais bien d'identifier une problématique précise et de permettre la meilleure orientation.
  • Un stand s'inscrit sur un territoire précis : il est indispensable de connaître les partenaires locaux et de les impliquer dans l'animation proposée ou, a minima, dans l'orientation des publics.
  • Un stand est le format d'animation le plus courant. Il est aussi celui qui est le plus souvent mal utilisé : un stand doit être animé, vivant et attractif.
  • Adaptez vos animations à vos possibilités : si vous êtes deux personnes à animer le stand, ne prévoyez qu'un seul jeu. La deuxième personne restera ainsi disponible aux questions spontanées, aux autres personnes pouvant observer l'animation en cours ou aux besoins d'un individu en particulier au sein du groupe.

Des exemples de stands

  • Fête de l'Humanité 2009

Fête de l'Humanité 2009

  • Solidays - Fête de l'Humanité 2010

Soldays - Fête de l'Humanité 2010