Le théâtre dans la prévention : intérêts et limites

36e rencontre du Crips - novembre 1999

Cette rencontre a permis de présenter les différents modes d'utilisation du théâtre en matière de prévention.

Le théâtre-forum

présenté par le directeur d'Entrées de Jeu, Bernard Grosjean

Le théâtre-forum est une méthode qui consiste à jouer une pièce présentant certains problèmes à un public concerné.
C'est une forme de théâtre communautaire destiné à amener les gens à réfléchir sur les problèmes qu'ils rencontrent et sur les manières d'amorcer un changement par rapport à ces problèmes. La pièce est jouée une fois par les comédiens, puis une seconde fois, invitant le public à intervenir et essayer ses idées de changement. Bernard Grosjean poursuit :

« Ce qui est intéressant c'est de savoir pourquoi le public intervient, et ce que l'on fait de cette parole. »
Le partenariat est indispensable pour la réussite de l'outil théâtral [...], il faut que les institutions dans lesquelles on intervient soient à même de reprendre cette parole pour que les gens qui l'ont proférée aient l'impression d'avoir été entendus, écoutés
. »

Le théâtre de texte

avec la présentation de la pièce "Y a-t-il des tigres au Congo ? " par le directeur du Petit Théâtre, André Loncin

Cette pièce a été écrite en 1985-86 par deux auteurs scandinaves. Elle met en scène deux personnages (un auteur et un enseignant) qui écrivent une pièce sur le sida avec beaucoup de difficulté. Toutes les questions y sont posées, ce qui fait que les spectateurs sont « absorbés » par la pièce. Elle se termine sur une émotion forte, ce qui facilite les échanges avec le public.

Le théâtre par les pairs

avec la démarche du Théâtre Aleph, présentée par son administrateur Louis Scott

Ce type de théâtre est né au Chili. On l'appelle aussi le théâtre d'intervention. Il s'apparente au théâtre de rue car il n'a ni décor, ni matériel. Les comédiens jouent dans les lieux où vivent les publics visés (cités, prisons, MJC, milieu scolaire...).

L'expérience de la ville de Nantes

un spectacle avec des enfants de CM2 à l'occasion de Journée mondiale de lutte contre le sida, développée par Marie Odile Williamson

Les objectifs étaient de transmettre des connaissances, mais de faire évoluer les représentations et attitudes des enfants, de développer leur solidarité à l'égard des personnes atteintes. La démarche de base était de favoriser un temps fort, un marquage affectif, explique Marie Odile Williamson. En créant ce spectacle, l'intention était de valoriser tous les élèves, quels que soient leurs résultats scolaires, de favoriser le dialogue et les échanges entre enfants et adultes. L'expérience a duré trois ans.

Ces modalités différentes ont toutes des objectifs communs :
favoriser les échanges, l'expérimentation et s'inscrire dans une action plus globale.

Le public a ensuite assisté à une représentation de théâtre-forum intitulée "La mauvaise pente". Spectacle conçu pour un public d'adultes, les participants ont pu jouer le jeu et comprendre les rouages de ce théâtre interactif.

Après l'entracte, les résultats de deux évaluations ont été exposés. La première, menée par Steve Ball à Birmingham en Grande-Bretagne, portait sur les questions d'éducation à la santé à travers le théâtre-forum. La seconde, réalisée par Dana Rudelic-Fernandez en Île-de-France, s'intéressait à l'impact des interventions théâtre par rapport aux interventions de prévention dites "classiques".

Le théâtre dans la prévention apparaît comme une méthode innovante, créative et imaginative pour offrir au public l'opportunité de développer ses connaissances dans le domaine de la santé tout en lui donnant la possibilité de remettre en question ses croyances, attitudes et comportements.

La synthèse de cette rencontre est publiée dans la Lettre d'Information du Crips, n° 52.