Tony, jeune gay

Une web-application pour les jeunes gays isolés.

L'objectif de "Tony, jeune gay" est de mettre à disposition des jeunes hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes un service personnalisé à travers leur téléphone mobile, ceci afin de lutter contre l'exclusion et l'homophobie dont ils sont souvent l'objet.

Une application ludique et interactive

Tony, le conseiller 2.0

Le personnage virtuel de Tony tient le rôle de "grand frère" et de conseiller auprès des jeunes. Il est passé par ce qu'ils endurent, il connaît les problématiques auxquelles ils sont confrontés. Il pourra les rassurer, les guider et les aider à privilégier les conduites à moindre risque.

Des quizz personnalisés

  • Prise de risque : L'application permet aux jeunes d'auto-évaluer, à partir de leurs propres pratiques sexuelles, les situations à risques qu'elles peuvent entraîner.
    En fonction des prises de risque mises en évidence, la personne découvrira les différentes IST qu'elle a pu ou pourrait contracter, les moyens de prévention, les traitements post-exposition ou les vaccins existants liés aux infections.
  • Risque suicidaire : L'application permet d'évaluer et de réfléchir sur le bien-être et l'état psychique dans lequel le jeune se trouve. Grâce à un questionnaire, l'application pourra établir le niveau de risque suicidaire auquel le jeune est confronté et l'orienter en fonction.
Un contexte préoccupant

Le Crips a créé cette application avec le soutien de la Direction générale de la santé dans l'objectif d'aller à la rencontre de ces jeunes HSH en utilisant leur canal de communication, afin de diminuer la prévalence du suicide, des IST et du VIH en Ile-de-France.

Les jeunes HSH, une population vulnérable

En Ile-de-France, de nombreux jeunes gays vivent leur sexualité en se cachant, dans la honte et la souffrance.

Par manque d'information et de soutien, beaucoup d'entre eux n'arrivent pas à assumer leur homosexualité, et ont des comportements à risque.

"L'absence de références positives pour le jeune qui se cherche et la prégnance dans les représentations collectives des clichés dégradants (...)entraînent [chez les jeunes gays] une mésestime de soi et l'adoption de pratiques à risques." (Rapport sur l'homophobie 2015/SOS Homophobie, 2015).

Certains exclus et délaissés, finissent même par mettre fin à leurs jours.

"Les prévalences de tentatives de suicide atteignent plus de deux personnes sur dix chez les homo-bisexuels masculins tandis qu'elles se situent à 2,8% chez les hommes hétérosexuels exclusifs" (Les minorités sexuelles face au risque suicidaire, Inpes, 2014)