Vaccin préventif : RV144, l'essai thaïlandais

Le 24 septembre 2009, les résultats encourageants d’une vaccination contre le VIH sont rendus publics. La combinaison de deux anciens vaccins a permis de protéger une personne sur trois lors d'un essai vaccinal.
Il s’agit d’un événement dans le monde médical car c’est la première fois qu’un effet protecteur est obtenu chez l’homme.

L’essai RV144, essai de phase III, impliquait plus de 16 000 volontaires séronégatifs, âgés de 18 à 30 ans et à risque moyen d’infection. Il utilisait une stratégie prime-boost qui combine deux vaccins. La première vaccination est rapidement suivie d’un rappel par un autre composé vaccinal inducteur d’une réaction croisée avec le premier. La moitié des volontaires a reçu le candidat vaccin, l’autre un placebo.

A 3 ans et demi de suivi, le taux d’infection est diminué de 31 % dans le groupe vacciné par rapport au groupe placebo, résultat modeste mais statistiquement significatif.

Même si l’essai RV144 ne permet pas de déboucher rapidement sur un vaccin, il apporte des informations essentielles :

  • Pour la première fois, un essai montre que concevoir un vaccin protecteur contre le VIH est possible.
  • Il fournit des arguments en faveur des stratégies vaccinales prime-boost, l’une des stratégies explorée par la recherche vaccinale française.
  • Si les chercheurs arrivent à déterminer les éléments en jeu dans les réponses immunitaires spécifiques responsables de la protection observée, ces éléments représenteront un objectif concret que les prochains candidats-vaccins chercheront à atteindre.

"Ces résultats n’ont pas d’impact sur l’épidémie mais ont un impact sur la recherche vaccinale." a commenté le Pr Y. Levy, directeur scientifique du programme vaccinal de l’ANRS depuis 2006.

Plusieurs essais basés sur RV144 ont été conçus depuis pour en affiner les résultats.