Vaccin préventif : les défis de la recherche

L’objectif des chercheurs qui travaillent sur le vaccin contre le VIH est de trouver quels fragments du virus peuvent induire une réponse immunitaire. Et sous quelle forme ces fragments doivent être administrés pour une protection maximum contre le VIH.

Rappel : Un vaccin préventif est utilisé avant la contamination ; il empêche l’infection de survenir.

Le fait que des candidats-vaccins anti-VIH1 n’aient pas produit jusqu’à maintenant d’immunité lymphocytaire B et T au cours des essais vaccinaux montre qu’il ne faut pas compter que sur l’immunité acquise pour venir à bout de l’infection à VIH.

"Il est de plus en plus clair qu’il faut mettre à contribution tant l’immunité innée que l’immunité adaptative pour parvenir à développer un vaccin anti-VIH efficace." (Pr J.-D. Lelièvre)

Avant de produire un tel vaccin, la recherche doit avancer dans la connaissance des interactions existant entre le VIH et le système immunitaire de l’homme.

  • Trouver ce qui provoque la réaction la plus efficace du système immunitaire face au VIH, c’est-à-dire identifier des parties du VIH qui provoqueront une réaction immunitaire intense et prolongée. Ces parties doivent être les plus stables possible, ce qui permettrait une protection même après une mutation du virus.
  • Comprendre pourquoi le VIH parvient à survivre et à se répliquer chez des personnes séropositives dont la réaction immunitaire est intense.
  • Isoler les composantes spécifiques du système immunitaire qui protègent efficacement contre le VIH. Chez certaines rares personnes séropositives, appelées contrôleurs de longue durée et contrôleurs d’élite, le système immunitaire limite naturellement la progression de l’infection et parfois de façon très efficace. Comprendre quels éléments entrent en jeu chez ces personnes et comment ils agissent est fondamental pour la recherche.
  • Développer un modèle plus clair de l’infection chez les animaux. Lors des études, on expose directement l’animal au VIH, ce qui n’est pas possible chez l’homme. Mais les différences entre les réactions immunitaires humaines et animales limitent ce que les résultats d’études sur des animauxpeuvent révéler quant au fonctionnement du candidat-vaccin chez l’homme. Continuer à approfondir les recherches sur la pertinence et les limites des modèles animaux est donc primordial.

Début 2015, il existe 35 essais vaccinaux à visée préventive dans le monde, 29 de phase I et 6 de phase II. Aucun essai de phase III n’est en cours ou programmé. (voir l’infographie d’AVAC, en anglais)