Eléments pour comprendre le phénomène

En France, la consommation d'alcool est fortement intégrée aux relations sociales (repas de famille ou entre amis, célébrations en tous genres, etc.) et concerne nettement plus les hommes.

Facteur culturel et sociétal

La consommation d'alcool des jeunes n'est pas un phénomène nouveau. En effet, l'alcool a toujours été intégré à la société française, il fait parti de notre culture. L'alcool est associé à un moment convivial, de fête (Noel, anniversaire). Les premières expérimentations se font d'ailleurs le plus souvent en famille.

La peur de l'avenir (La société est en pleine mutation et les perspectives d'avenir de plus en plus minces.), la pression des études peuvent être un facteur de consommation. « Face aux exigences de performance, de sérieux et de conformisme que magnifient au plus haut point par exemple les week-end d'intégration dans les grandes écoles, face également aux épreuves, à la dévaluation des diplômes et aux déceptions, la fête et l'ivresse assureront la conjugaison des contraires. »
Extrait de : Jeunes et alcool : quelle prévention ?, Inpes, La Santé de l'homme, n° 398, novembre-décembre 2008, pp. 20-21.

Accessibilité et prix du produit

L'alcool est un produit licite. Il est extrêmement facile de s'en procurer car il est vendu partout. Les tarifs sont attractifs, on peut acheter plusieurs bières pour le prix d'un paquet de cigarettes. De plus, les producteurs d'alcool créent de plus en plus de boissons alcoolisées spécialement conçues pour les jeunes comme les premix (boissons alcoolisées dans lesquelles le goût de l'alcool est masqué par des ajouts de sucre et d'arômes).

Adolescence : une période à risques

"L'adolescence, passage de l'enfance à l'âge adulte, est une période charnière dans la vie. Des changements physiques, psychiques et émotionnels se produisent. Les adolescents sont en quête d'identité, de détachement des parents. Ces différentes transformations sont accompagnées d'une recherche intense, bien que souvent malhabile, d'indépendance correspondant au processus de séparation individuation, particulier à cette période de l'adolescence. A ce stade de la vie, les conduites à risques sont fréquentes, mais ne représentent pour la plupart qu'une expérience parmi d'autres. Elles correspondent à un besoin de connaitre les limites : les siennes, par la recherche de sensations, comme celles des autres en défiant l'autorité. "

Extrait de : Guide d'intervention en milieu scolaire, « Prévention des conduites addictives, Mildt, Direction générale de l'enseignement scolaire, Ministère de l'éducation nationale, CNDP-CRDP, septembre 2011. (pdf, 1 Mo).

Contextes de consommation

"Les raisons de la consommation d'alcool reposent surtout sur le plaisir de la fête et la quête de l'ivresse. La jeunesse apparaît, se met en scène dans les espaces publics (Apéros géant), ceux de nos villes, dans les cafés et sur les terrasses qui débordent les jeudis soirs, dans les lieux de festivals, lorsque la ville se transforme en un vaste terrain de jeu où les interdits se dissipent. Nous la voyons, l'entendons, l'observons boire, « faire la fête », « se lâcher ». L'alcool dans l'usage festif est utilisé pour se déstresser et pour se désinhiber. L'alcool est également consommé pour être plus sociable, pour se sentir plus ouvert, amical et pour avoir plus d'échanges avec ses pairs. Contrairement au tabac, l'alcool se consomme prioritairement en groupe. Les pairs sont regardés, observés, associés, imités, impressionnés et impressionnables. Sur ce dernier point d'ailleurs, nombre d'enquêtes soulignent l'aspect compétitif de la consommation d'alcool surtout chez les garçons."

Extrait de : Chronique ordinaire d'une alcoolisation festive. Les 16-21 ans No-Nos limit(es) !, Premier ministre, École des parents et des éducateurs. (pdf, 734 Ko)