Séroconversion et marqueurs viraux

Comprendre comment et avec quelle temporalité le VIH signale sa présence dans le sang permet de comprendre les différents délais d’attente avant la réalisation d’un test selon la technique de dépistage utilisée.

La séroconversion est le passage de la séronégativité pour un agent pathogène, ici le VIH, à un état de séropositivité. Elle signe l’infection. L’organisme et son système immunitaire ont été mis en présence du virus et y ont réagi en sécrétant des anticorps spécifiques.

On appelle délai de séroconversion ou fenêtre sérologique, la période comprise entre la contamination par le VIH et l’apparition des anticorps anti-VIH plasmatiques (c’est-à-dire présents dans le sang) fabriqués par l’organisme. Ce délai est compris entre deux et cinq semaines.

La cinétique des marqueurs de l’infection à VIH est figurée sur le graphique ci-dessous.

© C. Delaugerre, F. Simon, 2012

> Après la contamination (J0), le VIH se multiplie silencieusement dans l’organisme pendant une dizaine de jours. Aucun examen ne peut alors le détecter.
> A partir du dixième jour (J10), le VIH devient détectable par PCR ou par mesure de la charge virale.
> A partir de la deuxième semaine (J14-J15), la protéine du VIH p24 ou antigène p24 devient détectable par l’antigénémie p24 ou les tests ELISA combinés.
> A partir de la troisième semaine en moyenne (de deux à cinq), les anticorps anti-VIH deviennent à leur tour détectables.

Les tests Elisa disponibles actuellement, tests combinés dits de quatrième génération, détectent à la fois la protéine p24 et les anticorps anti-VIH1 et anti-VIH2.
Les tests rapides et les autotests détectent les anticorps anti-VIH1 et anti-VIH2 mais pas l’antigène p24.