Quelques définitions

Le terme homophobie est apparu dans les années 1970, il vient de «homo», abréviation de « homosexuel », et de « phobie », la crainte. De nombreuses notions gravitent autour de ce terme :

Discrimination : inégalité de traitement fondée sur au moins un des 20 critères suivant : âge /apparence physique/appartenance réelle ou supposée à une ethnie/appartenance réelle ou supposée à une nation/appartenance réelle ou supposée à une race/appartenance ou non à une religion déterminée/état de santé/identité sexuelle/orientation sexuelle/grossesse/situation de famille/patronyme/sexe/origine/handicap/mœurs/opinion politique/lieu de résidence/caractéristique génétique/activité syndicale.

Et doit se produire dans les domaines de l'emploi, du logement, de l'éducation oude l'accès aux biens et services.

Contrairement aux inégalités et aux injustices, les discriminations bénéficient d'un cadre précis, juridique. Elles sont prohibées.

Homophobie : Est désigné comme homophobe toute organisation ou individu rejetant l'homosexualité et les homosexuel-le-s, et ne leur reconnaissant pas les mêmes droits qu'aux hétérosexuel-le-s. L'homophobie est donc un rejet de la différence, au même titre que la xénophobie, le racisme, le sexisme, les discriminations sociales, liées aux croyances religieuses, aux handicaps, etc. Les victimes en sont les homosexuel-le-s, mais plus largement, les personnes dont l'apparence ou le comportement dérogent aux représentations traditionnelles de la féminité et de la masculinité.

Le terme lesbophobie, apparu plus récemment, désigne les formes d'homophobie qui visent spécifiquement les lesbiennes. C'est une combinaison d'homophobie et de sexisme.
Le terme de gayphobie, lui aussi plus récent, désigne les formes d'homophobie qui visent spécifiquement les hommes homosexuels.
Les termes de biphobie, désignant les discriminations et les manifestations de rejet à l'encontre des bisexuel-le-s, et de transphobie, à l'encontre des trans, sont souvent confondus à tort avec celui d'homophobie. (définitions SOS homophobie)

Affiche issue de l'exposition "Paroles d'ados contre l'homophobie"

L'hétéronormativité peut se définir comme l'ensemble des normes qui font apparaître l'hétérosexualité comme cohérente, naturelle et privilégiée. Elle implique la présomption que toute personne est hétérosexuelle et la considération que l'hétérosexualité est idéale et supérieure à tout autre orientation sexuelle. L'hétéronormativité inclut également le fait de privilégier une norme d'expression des genres binaire qui définit ou impose les conditions requises pour être accepté-e ou identifié-e en tant qu'homme ou femme. (définition SOS homophobie)

Identité de genre : L'identité de genre est comprise comme faisant référence à l'expérience intime et personnelle de son genre profondément vécue par chacun, qu'elle corresponde ou non au sexe assigné à la naissance, y compris la conscience personnelle du corps (qui peut impliquer, si consentie librement, une modification de l'apparence ou des fonctions corporelles par des moyens médicaux, chirurgicaux ou autres) et d'autres expressions du genre, y compris l'habillement, le discours et les manières de se conduire . Ce sont les Principes de Jogjakarta, publiés en 2007, qui formalisent les droits de l'homme en matière d'orientation sexuelle et d'identité de genre. (définition issue du préambule des Principes de Jogjakarta)

Orientation sexuelle :L'orientation sexuelle fait référence à la capacité de chacun-e de ressentir une profonde attirance émotionnelle, physique et/ou sexuelle envers des individus du sexe opposé et/ou de même sexe, et d'entretenir des relations intimes et sexuelles avec ces individus. (définition SOS homophobie)