La politique des drogues avant la réduction des risques

L'apparition des toxicomanies à la fin du 19ème siècle a fait émerger une question : supprimer les drogues ou les accepter en les contrôlant? Certains optent pour la prohibition, comme aux Etats unis.

Avant la loi de 70

Au niveau international, la politique des drogues (de l'ONU notamment), consiste en l'éradication des stupéfiants et de leurs usages (convention de 1961). Jusqu'en 2009, les organes de l'ONU sont systématiquement opposés aux politiques de RDR car elles sont jugées "complices" et incitent à la consommation de drogues.

En France, depuis 1916, seul l'usage de drogues en société est pénalisé mais en 1968, les révoltes de la jeunesse font émerger des peurs : consommation importante de cannabis et d'héroïne, comme aux Etats-Unis. Pour réglementer les consommations de drogues, la loi du 31 décembre 1970 est inscrite dans le code de santé publique.

La loi de 70

La loi de 70 a une approche répressive, elle peut se résumer par l'article L628 : « L'usage illicite de stupéfiants est punissable d'un emprisonnement et/ou d'une amende ». L'usager de drogue est donc considéré comme un délinquant. La vente de seringues est encadrée; il faut soit une ordonnance soit laisser un nom et une adresse.

Une alternative aux poursuites est mise en place : l'injonction thérapeutique. Placé sous surveillance médicale dans un objectif de sevrage, l'usager qui en fait la demande peut échapper à l'incarcération. Si cela se fait par l'usager en dehors du cadre d'une arrestation, la prise en charge est anonyme et gratuite. L'objectif étant uniquement le sevrage.