Modes de consommation et usages

Quelques définitions afin de mieux comprendre les termes associés à la consommation de drogues.

Les produits

  • Substance psychoactive : Alcool, tabac, cannabis, héroïne, cocaïne, etc. sont des substances psychoactives qui agissent sur le cerveau c'est-à-dire qu'elles modifient l'activité mentale, les sensations, le comportement et qu'elles provoquent des effets somatiques (sur le corps) variables selon les propriétés de chacune, leurs effets et leur nocivité. (Mildeca)
  • Drogue licite / illicite : Toutes les substances sont réglementées ou prohibées: les produits licites sont réglementés, l'usage et la vente se font selon un cadre (alcool, tabac, médicaments psychotropes) et les substances illicites sont celles dont le code pénal en interdit et en réprime la production, la détention, l'usage et la vente (tous les autres produits). 

Les modes de consommation

Il existe différentes façons de consommer les produits, bien souvent cela est lié à la substance.

  • L'injection : le produit est introduit dans l'organisme sous forme liquide au moyen d'une aiguille creuse, elle peut être intraveineuse (dans les veines), sous cutanée (sous la peau), ou intra musculaire (dans le muscle). Le temps d'apparition des effets est très court (moins d'une minute). Les produits généralement injectés sont l'héroïne, la cocaïne, la MDMA.
  • Le sniff : la substance est introduite sous forme de poudre par le nez, elle se dépose sur les muqueuses nasales et passe dans le sang, les effets apparaissent en quelques minutes et la montée est progressive. Le sniff concerne quasiment les mêmes produits que l'injection mais il est jugé moins dangereux et moins stigmatisant.
  • Fumer/inhaler : le produit est brûlé et la fumée produite est absorbée par le nez ou la bouche pour passer dans les voies respiratoires, les effets sont aussi rapides que pour l'injection. C'est le cas du tabac, du cannabis, de crack et de l'héroïne.
  • L'ingestion : c'est le fait d'introduire la substance dans le tube digestif par la bouche, les effets mettent jusqu' à quelques heures pour apparaître et dépendent de plusieurs facteurs (quantité de principe actif, à jeun ou non) l'ingestion concerne surtout l'alcool, les champignons, le cannabis, l'ecstasy, le LSD, le speed et les médicaments détournés.

Les usages

La quantité, la fréquence et le contexte sont des éléments à prendre en compte, on parle d'usage, ils sont très souvent distingués en trois grands types.

  • L'usage simple est une consommation qui n'entraîne ni complications pour la santé, ni troubles du comportement ayant des conséquences nocives pour soi ou pour autrui.
  • L'usage nocif, ou abus se caractérise par une consommation répétée pouvant causer des dommages somatiques, psycho-affectifs ou sociaux, pour le sujet lui-même, mais aussi pour son environnement (l'aggravation de problèmes personnels ou sociaux, difficultés et/ou l'incapacité à remplir ses obligations dans la vie professionnelle).
  • La dépendance définit par l'Organisation Mondiale de la Santé : un ensemble de phénomènes comportementaux, cognitifs et physiologiques dans lesquels l'utilisation d'une substance psychoactive spécifique ou d'une catégorie de substances entraîne un désinvestissement progressif des autres activités. Les critères sont par exemple : le désir puissant ou compulsif d'utiliser une substance psychoactive, syndrome de sevrage physiologique quand le sujet diminue ou arrête la consommation d'une substance psychoactive, tolérance aux effets de la substance psychoactive: le sujet a besoin d'une quantité plus importante de la substance pour obtenir l'effet désiré.
  • Polyconsommation : C'est le fait de consommer, avec une certaine fréquence, au moins deux substances psychoactives. On peut être dépendant à un produit mais pas à/aux autre(s).

Dossiers complémentaires

Drogues

Consommation de drogues : Données chiffrées

Ces pages rassemblent une sélection de données pour connaître la réalité des consommations de substances psychoactives en France.