L'impact des stéréotypes sexistes chez les jeunes

L'intégration de ces stéréotypes sexistes par la société a pour conséquence de renforcer les inégalités dans les relations hommes / femmes.

Ils vont influencer les comportements des hommes et des femmes, souvent de façon inconsciente.

L'adhésion à des rôles sexuels stéréotypes

imposés comme une norme sociale

  • Les garçons se soumettent au diktat de la virilité associée à la force physique, la multiplication des expérimentations sexuelles et la non expression des sentiments.
  • Les filles peuvent subir ces stéréotypes en adhérant soit à l'image de la femme objet séduisante (exercice périlleux car il y a toujours le risque de tomber dans la catégorie des "filles faciles"), soit à l'image de la "fille bien". D'autres filles, notamment dans des quartiers difficiles, mettent en place des stratégies pour échapper aux rôles imposés de la fille bien docile ou de la fille facile en niant toute leur féminité et adoptant un comportement de garçon manqué pour s'imposer.


Souvent les jeunes, filles ou garçons, se sentent contraints pour être acceptés socialement de se conformer à ces normes liées aux genres, même si au fond d'eux mêmes ils sont en contradiction avec ces diktats ou en souffrent.
La non conformité à ces stéréotypes peut aboutir à du rejet de la part des pairs (par exemple, mépris des garçons efféminés ou exprimant des sentiments qualifiés de" bouffon" ou de "pédés").

Une baisse de l'image de soi et la confiance en soi

A un âge vulnérable, les jeunes adolescents peuvent se dévaloriser, vouloir se conformer à une norme qui ne leur correspond pas et avoir une confiance en eux très altérée. Ils peuvent développer des complexes ou ne pas être en accord avec leur identité profonde en contradiction avec les stéréotypes imposés.

  • Les filles peuvent être très mal à l'aise avec la norme qui dicte que les femmes doivent être douces, conciliantes ou qu'elles doivent jouer la séduction pour adhérer aux standards de la féminité. Par ailleurs ces normes ne leur permettent pas de valoriser leurs autres qualités intellectuelles ou de caractère (combativité, créativité, esprit d'initiative)
  • Les garçons peuvent développer des complexes liés au fait qu'il ne correspondent pas à l'archétype de l'homme viril : fort, insensible conquérant...

Un déterminisme des rôles des hommes et des femmes dans la société

Ces stéréotypes conditionnent les filles et les garçons à des tâches, loisirs ou métiers dévolus. Souvent, les filles sont cantonnées à des rôles sociaux subalternes.

Exemples :

  • une petite fille va faire de la danse, jouer à la poupée. Plus tard, on l'incitera à s'orienter vers des métiers "féminins" (petite enfance, secrétariat, filières professionnelles plus courtes). 
  • un garçon sera poussé à faire des activités et sports plus "virils". Il sera encouragé, plus que les filles à l'esprit de compétition et à tenir un rôle actif dans la société (hautes études, poste à haute responsabilité).

Des relations de couple inégalitaires

Ces stéréotypes cautionnent l'imposition de normes et la légitimation de la domination et de la violence des hommes.
Certains stéréotypes vont renforcer l'acceptation par les femmes de comportements violents et irrespectueux dans les relations de couple.

Parfois certaines filles vont accepter des rapports de domination de la part des garçons : rapports sexuels pas vraiment désirés, soumission aux désirs des garçons de peur d'être rejetées.

Exemples :

  • un stéréotype consiste à affirmer que biologiquement, les hommes ont plus de besoins sexuels que les femmes. Certaines jeunes filles peuvent accepter des pratiques et relations sexuelles, non par plaisir mais parce qu'elles ont intégré cette norme. 
  • autre idée préconçue : les femmes doivent être sexy pour plaire aux hommes. Certaines jeunes filles vont s'habiller sexy, par peur de ne pas plaire à un homme et non par goût personnel.

A consulter

Le sexisme chez les jeunes, de l'évidence à l'indifférence
bulletin Ca sexprime : le magazine des intervenants menant des activités d'éducation à la sexualité auprès des jeunes du secondaire / n° 19 - Hiver 2012

Garçons et filles : réflexions en tous genres : à propos du sexisme ordinaire chez les jeunes / BOUX, E, MARAGE, V, ZAID, L, Plate-Forme des AMO (Bruxelles, Belgique), 2008, 46 pages

Dossier complémentaire

Vie affective et sexuelle

Pourquoi prendre en compte le genre en éducation à la vie affective et sexuelle ?

Ce dossier tente de faire un point sur le genre, sujet à polémique et de démontrer l'intérêt d'intégrer la notion de genre dans les questions liées à l'éducation affective et sexuelle.