Handicap mental : vulnérabilités spécifiques

Les risques liés à la sexualité des personnes en situation de handicap mental sont les risques de contamination au VIH et aux IST, les risques de grossesse et les abus sexuels. Ces risques, qui sont généraux à tous, sont accrus chez ces personnes en raison de leurs vulnérabilités spécifiques.

Le facteur le plus important de vulnérabilité est le déni de la sexualité des personnes en situation de handicap mental

Longtemps, la sexualité de la personne handicapée a été ignorée et a poussé les personnes à vivre une sexualité clandestine, sans aucune information, ni moyen de prévention à disposition. Les seuls risques pris en compte étaient ceux liés à la contraception (voire la stérilisation) dans le but d'éviter une grossesse accidentelle jugée malvenue. Mais cette prise en charge contraceptive ne se faisait pas dans un contexte d'éducation affective et sexuelle prenant en compte la personne dans son ensemble et dans un but d'épanouissement personnel.

D'autres facteurs liés au handicap, individuels ou sociaux rendent les personnes concernées vulnérables :

  • la vulnérabilité liée à la déficience intellectuelle : les difficultés de parole, de lecture, de compréhension, d'accès à la mentalisation et la symbolisation.
  • les facteurs de vulnérabilité psychosociaux : une image de soi défaillante, dans un contexte de discrimination sociale, la quête de normalité, la solitude et une demande affective très forte.
  • les facteurs de vulnérabilité liés à la dépendance : les abus sexuels et l'exploitation à caractère sexuel, la non prise en compte de la parole de la personne handicapée et l' absence de dialogue sur la sexualité.

Dossier complémentaire

Vie affective et sexuelle

Handicap et sexualité : aspects législatifs

Un dossier pour faire le point sur la législation en France concernant l'accès à la sexualité des personnes en situation de handicap.