Les représentations et connaissances sur la maladie

L'hépatite B est rarement citée comme une maladie redoutée dans les enquêtes menées en population générale. Le risque de contamination est considéré comme relativement faible.

Cette perception de l'hépatite B s'explique en partie par des niveaux de connaissances moyens.

L'enquête KABP 2010, réalisée auprès de 9 000 Français de 18 à 69 ans, a permis d'évaluer les connaissances et les attitudes vis-à-vis de l'hépatite B.

Connaissances des modes de transmission du VHB

  • 90 % des répondants savent que le VHB peut se transmettre en partageant une seringue lors d'une prise de drogue
  • 80 % qu'il peut se transmettre lors d'une grossesse
  • 70 % qu'il peut se transmettre lors de rapports sexuels sans préservatif

25 % des 18-30 ans ignorent que le VHB peut se transmettre lors de rapports sexuels non protégés.

Perception de l'hépatite B

20 % des personnes interrogées craignent « beaucoup » ou « pas mal » la maladie pour elles-mêmes.

Ce chiffre place l'hépatite B en 5e position, au même niveau que l'infection à VIH, derrière le cancer, les accidents de la circulation, les démences séniles et les maladies cardiaques.

Les 18-30 ans se considèrent moins souvent à risque d'être contaminés par le VHB (5 %) que les 31-44 ans (8,5 %) et les 45-54 ans (11 %).

Dépistage et vaccination

Parmi les 18-30 ans

  • 26 % déclarent avoir réalisé au moins un test de dépistage de l'hépatite B au cours de leur vie (ce chiffre s'élève à 61 % pour le VIH)
  • 62 % déclarent avoir été vaccinés
Pour aller plus loin