La vaccination contre l'hépatite B

Découvert en 1981, le vaccin contre l'hépatite B a été inscrit au calendrier vaccinal français en 1994.

Les recommandations vaccinales 2014 soulignent clairement la place et l'importance de la vaccination contre l'hépatite B en termes de prévention.

La vaccination est le principal moyen de prévention contre le VHB

Cette vaccination s'inscrit dans le cadre d'une politique mondiale de lutte contre un virus dont l'homme est le seul réservoir. Elle vise à réduire le nombre des nouvelles contaminations et à éviter la survenue des complications liées à la maladie, en particulier le carcinome hépatocellulaire. Il s'agit du premier vaccin prévenant un cancer.

Les jeunes Français sont insuffisamment vaccinés

La couverture vaccinale contre l'hépatite B des enfants en France en 2014 est en augmentation chez le nourrisson mais elle stagne chez l'adolescent.

Chez le nourrisson
En 2014, 92,1 % des enfants âgés de 6 mois et nés dans l'année ont débuté une vaccination contre l'hépatite, contre 24,6 % en 2004.
Cette très forte progression est surtout marquée à partir de 2008, année à partir de laquelle le vaccin hexavalent est remboursé.

Chez l'enfant de 6 ans
La couverture vaccinale avec une vaccination complète (3 doses) est en moyenne de 50,9 % en France.
Elle est de 68,5 % en Ile-de-France.

Chez l'adolescent
La dernière enquête menée auprès des élèves de 3ème (15 ans) montre une couverture vaccinale moyenne de 43,1 % chez les adolescents français, très insuffisante.

En Ile-de-France, l'analyse régionale du Baromètre santé 2010 de l'Inpes indique que

  • Chez les 15-34 ans, 60 % des hommes et 75 % des femmes sont vaccinés contre l'hépatite B
  • 40 % seulement des parents ayant des enfants de moins de 16 ans à charge les ont tous fait vacciner contre l'hépatite B

Les recommandations vaccinales françaises (mars 2016)

  • Le calendrier 2016 recommande la vaccination des nourrissons avec trois injections entre 2 mois et 2 ans.
  • Les adolescents entre 11 et 15 ans révolus, qui n'ont pas été vaccinés dans la petite enfance en raison des craintes d'effets secondaires, « devraient se voir proposer systématiquement la vaccination contre l'hépatite B lors d'une consultation médicale ou de prévention ».
  • A partir de 16 ans, la vaccination est recommandée aux personnes exposées à un risque d'infection par le VHB, c'est-à-dire des personnes
    - originaires de pays où la maladie est fréquente (Asie, Afrique, Amérique du Sud, Europe de l'Est notamment)
    - amenées à voyager ou à séjourner dans ces mêmes pays
    - vivant dans l'entourage proche d'une personne ayant une hépatite B
    - ayant comme partenaire sexuel(le) une personne atteinte d'hépatite B
    - utilisant des drogues injectables
    - ayant des rapports sexuels non protégés
  • Cette vaccination est obligatoire pour certaines professions à risque, principalement les professions de santé en raison de l'exposition au sang durant le travail. Par voie de conséquence, elle l'est pour les élèves et étudiants des filières paramédicales et médicales.

Vaccin contre l'hépatite B et sclérose en plaques

En 1997, la SEP chez de jeunes adultes récemment vaccinés fait peser une suspicion sur la sécurité du vaccin.

Les nombreuses études menées par la suite dans différents pays n'ont pourtant pas confirmé le lien entre la SEP et la vaccination.

En 2003, une conférence de consensus internationale préconise la vaccination universelle des nourrissons et le rattrapage de la vaccination chez les enfants et les adolescents.

En 2007, en France, le rattrapage de la vaccination est recommandé pour les enfants entre 11 et 13 ans et en 2013 pour les enfants entre 11 et 15 ans.

pour aller plus loin