La Journée mondiale de lutte contre le sida : historique

La première Journée de lutte contre le sida a lieu en 1988. Elle est d'abord placée sous l'égide de l'OMS. Après sa création en 1996, l'Onusida en assure la responsabilité. Il est remplacé depuis 2004 par un comité mondial, composé de représentants d'ONG (Organisation non gouvernementale) de différents pays.

La création : 1988

En janvier 1988, le concept d'une Journée mondiale de lutte contre le sida est adopté à l'unanimité par les 140 pays qui participent au Sommet mondial des ministres de la Santé sur le sida, à Londres.

Cette journée est désignée comme une occasion pour les gouvernements, les programmes nationaux de lutte contre le VIH/sida, les organismes locaux et non gouvernementaux, les associations ainsi que les individus, de démontrer l'importance qu'ils accordent à la lutte contre l'épidémie et à leur solidarité dans ce combat.

Le 27 octobre 1988, lors de sa 38e réunion plénière, l'Assemblée générale des Nations Unies déclare dans une résolution que l'Organisation mondiale de la Santé a proclamé le 1er décembre 1988 "Journée mondiale de lutte contre le sida", et souligne l'importance de la célébrer.

Cette journée du 1er décembre est rapidement devenue l'une des journées commémoratives les plus suivies dans le monde. Elle est aujourd'hui reconnue et marquée chaque année sur l'ensemble de la planète, par tout un éventail de partenaires, des gouvernements aux associations. Elle est aussi l'occasion pour les médias de parler de l'épidémie et pour les associations de lutte contre le sida de mener des actions d'information, de prévention ou de plaidoyer.

La période Onusida : 1997-2004

En 1997, reconnaissant le besoin d'une campagne d'activités s'étendant sur toute l'année, en matière de VIH/sida, l'Onusida lance sa première Campagne mondiale contre le sida.

Entre 1997 et 2004, l'Onusida coordonne la Campagne mondiale contre le sida. L'organisme travaille en partenariat flexible avec des institutions du système des Nations Unies, les gouvernements et tous les secteurs de la société civile qui mènent campagne en s'appuyant sur des thèmes particuliers liés au VIH. En 2002 et 2003, par exemple, avec le slogan "Vivez et laissez vivre", la Campagne met en lumière les ravages causés par la stigmatisation et la discrimination liées au VIH.

Au cours des années, les réactions et les retours montrent que, si la Campagne mondiale contre le sida contribue à influencer l'ordre du jour international autour du VIH, elle ne parvient pas toujours à réaliser pleinement son potentiel aux niveaux national et local, en raison de sa nature universelle et, d'une certaine manière, de ses liens étroits avec les institutions du système des Nations Unies. Bon nombre de pays choisissent désormais pour cette journée un thème plus représentatif des préoccupations et des enjeux nationaux.

World aids campaign : depuis 2005

En 2005, la Campagne entre dans une nouvelle phase. La direction et la gestion de la Campagne est transférée de l'Onusida aux ONG, renforçant ainsi le rôle de la société civile. Pour consolider le rôle de celle-ci dans la Campagne, un Comité d'orientation mondial constitué des représentants de plusieurs ONG nationales est créé.

Actuellement, les membres du Comité d'orientation mondial proviennent d'Afrique du Sud, du Brésil, des Etats-Unis, des Pays-Bas, de Russie et de Tanzanie. Le Secrétariat de l'Onusida siège également au Comité d'orientation, ainsi que des représentants d'organismes clés tels que le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, ICASO, GNP+/ICW...

Un petit Bureau international, situé à Amsterdam, aux Pays-Bas, coordonne les activités de la Campagne. Ce Bureau international s'efforce d'appuyer un réseau mondial de campagnes nationales axées sur les objectifs de plaidoyer les plus pertinents aux besoins et cultures locaux.

VIH/sida

VIH/sida : les bases pour comprendre

Vous souhaitez informer sur le VIH/sida mais vos notions du sujet sont vagues ? Ce dossier vous fournit les éléments essentiels à connaître.