Des traitements pour empêcher la transmission du VIH et la survenue du sida

Les ARV freinent la multiplication du VIH dans l'organisme

Si le test de dépistage s'avère positif, un suivi médical régulier permet de s'informer sur l'évolution de l'infection à VIH. Lors de ce suivi, le médecin prescrit des ARV, des médicaments dans le traitement des personnes atteintes par l'infection à VIH pour bloquer l'apparition des infections opportunistes indiquant que l'on est malade du sida.

Les ARV limitent la multiplication du VIH en bloquant une étape de son cycle de réplication : soit son entrée dans la cellule, soit l'action de l'une de ces trois enzymes.

Plusieurs molécules (au moins deux ou trois) de classes différentes sont utilisées pour attaquer le virus. On évalue l'efficacité du traitement en mesurant deux éléments :

  • le taux de virus dans le sang (charge virale) qui doit devenir indétectable,
  • le taux de lymphocytes T4 (cellules de défense du système immunitaire) qui doit remonter.

Une personne séropositive sous traitement antirétroviral bien conduit et bien suivi, avec une charge virale indétectable, ne transmet pas le VIH.

Les différentes classes d'ARV

Un schéma montre les cibles des différentes classes d'antirétroviraux.

Les antirétroviraux, Actif Santé©, 2015

On distingue quatre grandes classes d'ARV

  • Les inhibiteurs d'entrée

Inhibiteurs du co-récepteur CCR5
Inhibiteurs de fusion

  • Les inhibiteurs de la transcriptase inverse

Inhibiteurs ou analogues nucléosidiques
Inhibiteurs ou analogues non nucléosidiques
Inhibiteurs ou analogues nucléotidiques

  • Les inhibiteurs d'intégrase
  • Les inhibiteurs de protéase

Certains médicaments, appelés "coformulation" ou "combo", contiennent une association de deux ou trois antirétroviraux.

Les traitements, comment ça marche ?

Ce film explique comment les antirétroviraux agissent aux différents moments clés de la réplication du VIH (réalisation : Bernard Seytre, production : Imea/bnstélévision)

Les traitements, comment ça marche ?