Nouveau bureau au Crips Ile-de-France

Le 17 février 2016, un nouveau bureau a été élu à la tête du Crips Ile-de-France, organisme associé de la région Ile-de-France.

Une nouvelle équipe au bureau

Président : Monsieur Jean SPIRI, conseiller régional d'Île-de-France, adjoint au maire de Courbevoie

Trésorière : Madame Florence BERTHOUT, conseillère régionale d'Île-de-France, maire du 5e arrondissement de Paris

Vice-présidents :
Monsieur Jean-François CARENCO, préfet d’Île-de-France
Madame Anne-Claude CREMIEUX, professeur des Universités, praticienne hospitalière
Monsieur Vincent ROGER, conseiller régional d'Île-de-France, conseiller de Paris (4e arrondissement)

Secrétaire générale : Madame Bernadette RWEGERA, directrice d’Ikambere

Lors de son discours inaugural, le nouveau président du Crips Ile-de-France, Jean SPIRI, s’est dit très honoré de cette élection et a salué l’action de l’ancien président Jean-Luc ROMERO-MICHELet de l’ensemble des équipes du Crips Ile-de-France.
Le Crips, via ses actions de prévention, touche près de 150.000 jeunes chaque année, démontrant ainsi son rôle d'acteur en santé publique dans la région.

Une nouvelle feuille de route

Il a livré une feuille de route volontariste et ambitieuse mettant en avant cinq axes :

  • Une action déterminée pour l’égalité des territoires en matière de santé et d’accès à la prévention de l’ensemble des Franciliennes et Franciliens ;
  • Une action mettant l’accent sur la prévention combinée (promotion du préservatif et du dépistage régulier et répété, traitement PrEP comme outil de prévention …) ;
  • Une action renforcée sur le plan du numérique, notamment pour aller vers les publics jeunes ;
  • Une action particulière en direction des personnes ayant des vulnérabilités multi-factorielles, et l’engagement réaffirmé dans la lutte contre les discriminations ;
  • Des partenariats étroits avec l’ensemble des acteurs concernés sur le territoire, qu’ils soient associatifs, professionnels de santé, institutions privées ou publiques, collectivités locales pour démultiplier les actions de formation et de prévention.
« notre responsabilité est historique : faire de la génération qui naît aujourd’hui la première génération sans sida depuis trente ans dans notre Région. » (les membres du bureau).