Discriminations à l’encontre des personnes LGBTI : de quoi parle-t-on ? Comment les combattre ?

Les discriminations à l'encontre des personnes LGBTI : de quoi parle-t-on ?

Les discriminations à l’encontre des personnes LGBTI peuvent prendre différentes formes : agressions physiques ou verbales, « outing » forcé, harcèlement, refus d’accès aux soins ou à un logement, etc. Elles sont présentes dans tous les domaines de la société : les espaces privés comme la famille ou l’entourage proche, les espaces publics comme le monde du travail, les médias ou l’éducation. 

Au niveau législatif, les discriminations liées aux identités de genre et/ou aux orientations sexuelles des personnes font partie des 23 critères discriminants reconnus par la loi française et par les textes internationaux ou européens. 

Ces discriminations relèvent de situations définies par la loi telles que l’accès aux biens et services privés (logement, crédit, loisirs), l’accès à l’emploi, l’accès à l'éducation et la formation, le refus d’accès aux soins de santé, les violences verbales ou physiques.  

Les personnes victimes de discriminations liées à leur identité de genre et/ou à leur orientation sexuelle disposent de recours législatifs tels que Le Défenseur des droits (https://www.defenseurdesdroits.fr/fr), autorité administrative indépendante chargée de veiller à la protection des droits et des libertés et de promouvoir l’égalité. 

Toutefois, les discriminations à l’encontre des personnes LGBTI sont bien souvent invisibles au regard de la loi : se voir refuser un logement, un emploi ou encore un soin en raison de son identité de genre et/ou de son orientation sexuelle est rarement explicité comme tel. 

Lutter contre les discriminations LGBTIphobes en promotion de la santé

Les discriminations à l’encontre des personnes LGBTI se fondent sur des représentations et stéréotypes négatifs que les personnes intègrent, consciemment ou inconsciemment, dès le plus jeune âge. Travailler sur ces discriminations nécessite donc d’intervenir en amont par des actions de prévention et de promotion de la santé. Déconstruire les stéréotypes avec les jeunes c’est couper la chaîne qui consiste à essentialiser des stéréotypes, négatifs comme constitutifs, d’une catégorie de la population (les personnes LGBTI) et à les discriminer. 

Les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre sont des thématiques à part entière de la santé sexuelle. L’Organisation mondiale de la Santé définit la santé sexuelle comme « un état de bien-être physique, mental et social dans le domaine de la sexualité. Elle requiert une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, ainsi que la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui soient sources de plaisir et sans risque, libres de toute coercition, discrimination ou violence. ». La sexualité se doit d’être abordée dans sa globalité (physique, psychique et sociale) et non se réduire à une simple approche sanitaire des risques. 

Travailler les représentations liées aux orientations sexuelles et aux identités de genre avec les jeunes

Les discriminations LGBTIphobes peuvent être abordées au regard de différents prismes, celui de la tolérance ou encore celui des normes. Le concept de tolérance permet d’introduire la notion d’acceptation de l’Autre « différent » de soi. Il ne questionne toutefois que peu les hiérarchies visibles ou invisibles qui structurent la société et les raisons de leur existence : une personne hétérosexuelle ne rencontrera pas autant de difficultés dans son parcours de vie qu’une personne homosexuelle, transgenre, intersexe ou encore bisexuelle. Questionner les origines de ces inégalités de traitement avec les jeunes, c’est leur permettre de poser un autre regard sur des phénomènes sociaux bien souvent pensés comme « normaux » ou « naturels ».

  • Les mots sont importants

Connaître la définition des termes associés aux identités de genre et aux orientations sexuelles peut être un préalable intéressant pour aborder les discriminations LGBTIphobes. En premier lieu, afin d’éviter les confusions courantes entre identité de genre et orientation sexuelle. À titre d’exemple, la transidentité n’est pas une orientation sexuelle, mais bien une identité de genre et n’induit en aucun cas qu’une personne soit d’une orientation sexuelle ou d’une autre. La sexualité est un spectre qui peut prendre de nombreuses formes. L’outil pédagogique Gender Bread (https://www.genderbread.org/) permet par exemple de différencier le sexe assigné à la naissance, l’identité de genre, l’orientation sexuelle, l’expression de genre, l’attirance affective et sexuelle, et de proposer ainsi une vision plus élargie et moins « figée » de la sexualité. 

  • Déconstruire les normes discriminantes 

L’inversion des normes permet d’identifier et de questionner les diverses représentations liées aux identités de genre et aux orientations sexuelles. Le sujet du « coming out » en est un bon exemple. Questionner les jeunes sur le fait qu’une personne hétérosexuelle n’aura jamais à « avouer » son orientation sexuelle ou son identité de genre à sa famille ou à son entourage, permet de mettre en lumière ces normes invisibles. Travailler sur les stéréotypes comme les tenues vestimentaires, les postures, comportements qui seraient associés aux personnes LGBTI et les mettre en parallèle avec ceux des personnes hétérosexuelles permet de s’interroger sur l’absence de référentiel pour l’hétérosexualité. Pourquoi est-ce si difficile de catégoriser les apparences, comportements, postures des personnes hétérosexuelles ? Bien souvent parce qu’elles sont perçues comme « normales » ou « naturelles ». Elles ne sont pas classifiées consciemment ou inconsciemment par les individus et ne font donc pas l’objet de stéréotypes négatifs et par conséquent de discriminations. 

  • Orienter 

Orienter les jeunes vers des personnes, lieux et sites ressources est un aspect fondamental des actions de promotion de la santé. Savoir sur quel site Internet s’informer, quelles personnes sont référentes sur les questions de sexualité au sein d’un établissement ou d’une structure, quels lieux accueillent les personnes LGBTI est un des objectifs d’action de promotion de la santé à destination des jeunes.