Menstru’elles : des ateliers de couture pour vaincre la précarité menstruelle

Au travers de son programme Prev’Ensemble, le Crips intervient depuis une dizaine d’années auprès des personnes migrantes ou d’origine étrangère. En effet, ces dernières ont plus de risques d’être exposées au VIH, aux hépatites et aux autres IST et ont un parcours de soins plus difficile. Le déracinement ainsi que les parcours migratoires peuvent agir sur la perception des risques en lien avec la santé sexuelle. C’est dans cette logique qu’ont vu le jour les ateliers de couture Menstru’elles, à destination des femmes migrantes en situation de précarité, particulièrement touchées par la précarité menstruelle ; afin de coudre des serviettes hygiéniques lavables.

La précarité menstruelle, un sujet trop longtemps ignoré

La précarité menstruelle est la difficulté ou le manque d'accès aux protections hygiéniques des personnes réglées, faute de moyens. En France, cela concerne entre 1,5 et 2 millions de personnes. Ce sont 15% des jeunes filles interrogées par l’Ifop, en mars 2021, qui déclarent par ailleurs renoncer à changer de protection périodique régulièrement, du fait de leur coût. D’autres ont recours à des protections de fortune, pouvant engendrer de graves problèmes de santé.

Ce sujet a longtemps été délaissé, il s’agit pourtant de produits de première nécessité, qu’il est indispensable de rendre accessibles, tant pour des raisons d’hygiène, de santé que de dignité.

Un projet issu du programme « Access »

Le Crips Île-de-France œuvre à l’élaboration d’un programme d’accès en santé sexuelle pour les populations migrantes (programme « Access »). L’objectif : d’ici à 2024, contribuer à l’amélioration du parcours de prévention en santé sexuelle des personnes migrantes en situation de vulnérabilités, en favorisant une entrée dans un parcours de soins. Faciliter l’information et l’orientation du public par une meilleure connaissance des dispositifs existants est un des objectifs phares du programme.

Dans le cadre de ce programme, différentes actions vont être proposées auprès du public migrant mais également auprès des professionnels, pour travailler conjointement à l’accès aux soins en santé sexuelle pour cette population.  

La précarité menstruelle touche également les jeunes :

1/3 des étudiantes ont besoin d’aide financière pour acheter des protections périodiques.

Les étudiantes et étudiants de l’université Gustave Eiffel, située à Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne, se sont mobilisés contre la précarité menstruelle, dans le cadre du programme Universanté. Collecte, sensibilisation et distributions ont été effectuées, de pair à pair.

Lutter contre la précarité menstruelle : un enjeu de santé publique

Partant de ce constat, le Crips a décidé de lancer un projet expérimental d’ateliers de fabrication de serviettes hygiéniques lavables à destination des femmes migrantes en situation de précarité : « Menstru’elles ».

Ces ateliers ont pour objectif de permettre aux femmes d’apprendre à coudre leur propre serviette hygiénique lavable, dans un environnement qui favorise la discussion autour des thématiques de santé sexuelle et d’hygiène menstruelle.

La rencontre en ateliers permet aux femmes de développer leurs compétences psychosociales, notamment l’estime et la conscience de soi, encourageant leur insertion et leur participation aux relations sociales et, indirectement, à l’accès aux soins en santé sexuelle. En leur donnant les clés pour favoriser une conscience de soi, on permet de poser les fondements pour la prévention des comportements à risque. Le projet s’implantera à l’Atelier (lieu d’accueil du Crips), en mobilisant des structures locales de Pantin.

Pour tout renseignement complémentaire sur les ateliers Menstru’elles ou réserver une séance (groupes de 4 à 6 participantes) :

contactez Sophie Rigot : srigot@lecrips.net