CRIPS ÎLE-DE-FRANCE

Les jeunes et l'alcool

L’alcool est la substance psychoactive la plus expérimentée à l’adolescence. Ce dossier permet de faire le point sur cette consommation avec des chiffres et des éléments de compréhensions de celle-ci.

Les chiffres

  • Expérimentation (voir consommé au moins une fois le produit au cours de la vie )44 % en sixième à 88% des terminales
  • Consommation dans le mois 8,6% en sixième à 70% des terminales
  • Régulière (10 usages ou plus au cours des 30 derniers jour) 11% des secondes à 24,4% des terminales
  • API (Alcoolisation Ponctuelle importante) récente (une fois dans le mois) concerne 44% des jeunes de 17 ans. Les API répétées (3 fois dans le mois) concerne 16% de ces jeunes.

Ces chiffres bien qu’élevés sont depuis 2010 en baisse. Les expérimentations chez les sixièmes sont ainsi passés de 49% à 44%.

Adolescence et perception du risque

"L'adolescence, passage de l'enfance à l'âge adulte, est une période charnière dans la vie. Des changements physiques, psychiques et émotionnels se produisent. Les adolescents sont en quête d'identité, de détachement des parents. Ces différentes transformations sont accompagnées d'une recherche intense, bien que souvent malhabile, d'indépendance correspondant au processus de séparation individuation, particulier à cette période de l'adolescence. A ce stade de la vie, les conduites à risques sont fréquentes, mais ne représentent pour la plupart qu'une expérience parmi d'autres. Elles correspondent à un besoin de connaitre les limites : les siennes, par la recherche de sensations, comme celles des autres en défiant l'autorité. "
Extrait de : Guide d'intervention en milieu scolaire, « Prévention des conduites addictives, Mildt, Direction générale de l'enseignement scolaire, Ministère de l'éducation nationale, CNDP-CRDP, septembre 2011. (pdf, 1 Mo).


 

Contextes de consommation

Les raisons des consommations d’alcool à l’adolescence reposent surtout sur le plaisir de la fête. La majorité des consommations se déroule le week-end et une fois sur deux lors d’anniversaire ou d’autres occasions. 90 % des occasions de boire se font avec des amis et un tiers des consommations sont en présence de la famille, lors de diner ou lors de fêtes comme Noël.

Les lieux de consommations se font le plus souvent en extérieur (rue, parc,…) ou chez des amis. Il y a moins de consommation en discothèque et dans les bars en raison de la législation sur l’interdiction de vente d’alcool au mineur.

Les alcools les plus consommés par les jeunes sont la bière et les spiritueux comme le whisky suive ensuite les prémix (mélange d'alcool avec une boisson non alcoolisé) et le champagne.

Accessibilité et marketing

Malgré la législation actuelle qui interdit la vente d’alcool aux mineurs, l’alcool reste très facile à se procurer. Une enquête de l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) révèle que 50,7 % des lycéens ayant acheté de l’alcool durant le mois précédant l’enquête déclarent n’avoir jamais eu à présenter leur carte d’identité en magasin et 38,1 % « rarement » ou « parfois ».

Bien que les publicités sur l’alcool sont très règlementé en France, les adolescents y sont quand même confrontés. Les marques d’alcooliers multiplient les canaux de diffusion pour toucher le plus grand nombre y compris les jeunes : les rues, les transports en commun, le sponsoring d’évènements sportifs. Mais c’est bien via internet et les réseaux sociaux que les jeunes sont le plus confrontés aux publicités sur l’alcool. Des études révèlent que les adolescents consomment plus tel marque d'alcool s’il trouve la publicité attrayante et belle.
L’exposition au markéting en faveur de l’alcool chez les jeunes à 17 ans :
https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eftxcmzc.pdf

Les conséquences sanitaires

  • Impact sur le développement cérébral

    Le développement à l'adolescence n'est pas complètement achevé. La consommation abusive d'alcool à cet âge a des conséquences sur le cerveau. Des études ont démontré que l'alcool avait un effet sur la mémoire, sur la plasticité du cerveau et pouvait également entrainer une altération de la matière grise dans plusieurs zones cérébrales.
    Extrait de : Les effets de la consommation d'alcool, Educalcool, 2009. (pdf, 2 Mo)

  • Dépendance

    La répétition de l'alcoolisation massive favorise considérablement l'installation d'une consommation régulière à risques, voire d'une dépendance envers l'alcool.
    Extrait de : Évolution des conduites d'alcoolisation des jeunes : motifs d'inquiétude et propositions d'action, Roger NORDMANN, Académie nationale de Médecine, 2007.

  • Coma éthylique

    La consommation d'une grande quantité d'alcool provoque malaises, vomissements et nausées. A très forte doses, l'alcool expose à des pertes de connaissance; c'est le coma éthylique qui, faute de soins, peut entrainer la mort.

Les risques sociaux

  • Relation sexuelle non protégée

    Le pouvoir désinhibant de l'alcool et la modification des comportements qui en découlent, peuvent conduire à des rapports sexuels non protégés et/ou non prévus, exposant potentiellement les jeunes filles à des grossesses non désirées et les deux partenaires à des infections sexuellement transmissibles comme le VIH.
    Extrait de : Renforcement de la lutte contre les phénomènes d'alcoolisation massive des jeunes, Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative,2008. (pdf, 305 Ko).

  • Violence

    L'alcool désinhibe et favorise le passage à l'acte, qu'il s'agisse d'agressions verbales, physiques ou sexuelles.
    Extrait de : Renforcement de la lutte contre les phénomènes d'alcoolisation massive des jeunes, Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative, 2008. (pdf, 305 Ko).

  • Accident de la route

    La première cause de mortalité chez les 15-24 ans est la route, et dans la plupart des accidents, l'alcool entre en jeu : en 2006, 21,8% des conducteurs âgés de 18 à 24 ans impliqués dans des accidents de la route mortelle présentaient une alcoolémie illégale. (ESCAPAD, OFDT, Mai 2007).

Prévention

  • Le rôle des parents

    Les parents sont les acteurs naturels de la prévention, de toutes les conduites des enfants et adolescents qui portent atteinte à l'intégrité de leurs corps et au développement de leurs potentialités d'apprentissage, d'expression émotionnelles et de sociabilité. Les représentations et les comportements de santé des jeunes sont en premier lieu influencés par les habitudes familiales, et une action sera d'autant plus efficace qu'elle pourra être relayée par les parents. Ceux-ci sont en toute première ligne pour prévenir une consommation excessive de leurs enfants. La famille peut être le creuset d'une certaine normalisation de la consommation d'alcool, susceptible de favoriser l'installation des jeunes dans certaines habitudes qui peuvent aller jusqu'à l'usage problématique. La véritable prévention se crée par la qualité des échanges entre l'enfant et sa famille. Les parents reçoivent de nombreux messages sur la santé et la prévention qui les inquiètent sans pour autant les aider à identifier les lieux et professionnels compétents pour leurs venir en aide.

  • Autres pistes

    • Faire émerger la compréhension du phénomène en évitant les discours convenus, la dramatisation et la stigmatisation des jeunes. L'alcool bénéficie d'une image positive dans l'ensemble de la société. Dans ce contexte, il parait pertinent de déconstruire le lien alcool plaisir.
    • Valoriser la mobilisation des jeunes dans la prévention par les pairs, notamment à travers le bénévolat et le volontariat ; ce qui contribue à responsabiliser les jeunes.
    • Faire réfléchir les jeunes aux risques liés à leurs modes de consommation (accidents, comportements violents et agressions, rapports sexuelles non protégés ou non souhaités, coma éthylique) afin de les dissuader de se retrouver dans des situations d'ivresses répétées.
    • Permettre aux jeunes de détecter les situations de suralcoolisation, avoir les gestes qui sauvent, dans une perspective de réduction des risques.
    • En termes de prévention, il semble important de travailler sur le développement des compétences psychosociales des jeunes. Permettre à des adolescents de réactiver ou de développer leurs ressources sociales est l'un des moyens pour apprendre à se préserver des risques.

    Extrait de : Note de synthèse suite aux réunions et contributions du groupe de travail « alcoolisation excessive des jeunes », septembre 2010 (pdf, 111 Ko).

  • Ressources pour vous accompagner

    Alcool Info service : portail d'information pour tout savoir sur l'alcool et ses dangers. Cette plateforme permet également de tester sa consommation et de pouvoir discuter avec un professionnels et/ ou des pairs.

    Campagne de Santé publique France : Amis aussi la nuit est à destination des jeunes. Elle propose des quiz, des informations et des capsules vidéos.

    La prévention des conduites addictives ANPAA : guide d'information pour monter des projets sur la prévention des addictions

     

     

     

Zone de rebond

  • crips_drogues_canabis
    Drogues et addiction
  • La Couveuse propose différents outils à utiliser
    Accompagnement pédagogique et documentaire