CRIPS ÎLE-DE-FRANCE

Les HPV et la vaccination

L'infection à papillomavirus (HPV) est l'IST la plus fréquente dans le monde. Elle est responsable des verrues génitales mais aussi de cancers. Le dépistage et la vaccination sont les deux moyens de prévention essentiels.

Une haute prévalence, une augmentation du nombre de cancers associés, une transmission difficile à éviter totalement, une mauvaise connaissance de la maladie, l'existence d'une vaccination trop peu réalisée en France : l'infection à papillomavirus est un enjeu de santé particulièrement important chez les jeunes filles.

Les papillomavirus et leurs conséquences

L'infection à HPV est l'IST la plus fréquente dans le monde. La majorité des personnes sont infectées par le HPV dans les mois ou les toutes premières années suivant le début de leur activité sexuelle. A 50 ans, 80 % des personnes sexuellement actives, femmes et hommes, ont été en contact avec des HPV génitaux.

Les HPV sont responsables de 5 % de l'ensemble des cancers dans le monde, cancer du col de l'utérus mais aussi d'autres localisations.

Le papillomavirus humain (HPV) est le plus souvent éliminé spontanément par le système immunitaire de la personne contaminée. Mais dans un cas sur dix environ, l'infection devient persistante et active. Il existe alors un risque de cancérisation avec un délai de 25 ans en moyenne.

L'exposition au HPV se fait par contact sexuel chez la personne jeune, souvent lors des premiers rapports. Dans la majorité des cas, l'organisme développe une immunité naturelle qui élimine le virus en neuf à douze mois.
Environ une fois sur dix, les papillomavirus deviennent "latents" ou "quiescents" durant des mois, voire des années. La persistance de l'infection peut entraîner des lésions qui à long terme sont susceptibles de se cancériser.

La transmission des papillomavirus

La transmission sexuelle est le premier mode de transmission des HPV.

Elle a lieu lors de relations sexuelles avec ou sans pénétration, y compris lors de pratiques orales.
Elle est favorisée par :

  • Un nombre élevé de partenaires sexuels
  • La précocité des rapports
  • Les antécédents d'autres IST

Une contamination anale est associée à des rapports anogénitaux. Chez la femme, cette contamination est aussi possible, mais rarement, par propagation à partir du vagin vers le canal anal, à l'essuyage en particulier.

Des études ont montré que 60 à 66 % des partenaires sexuels de personnes infectées par le HPV développent des lésions cellulaires HPV induites.

L'utilisation des préservatifs n'entraîne qu'une prévention partielle car la pénétration pénienne n'est pas indispensable pour transmettre le virus, le HPV étant présent sur la peau non recouverte par le préservatif (périnée, bourses...).

La transmission ancillaire ou horizontale (par l'intermédiaire d'objets souillés : vêtements, sous-vêtements en particulier, surfaces de contact...) est possible mais reste rare.

La transmission mère-enfant ou verticale, essentiellement périnatale, est possible lorsque l'infection à HPV est active chez la mère.


Il existe plus de 200 types de HPV dont environ 120 sont identifiés et séquencés. Ils sont désignés par un numéro, en fonction de leur ordre de découverte.

Certains génotypes infectent la peau, d'autres les muqueuses génitales. Ils sont divisés en trois groupes :

  • Les HPV de types cutanés : HPV-1, 2, 3...
  • Les HPV de types cutanés et génitaux à potentiel cancérigène faible : HPV-6 et 11, responsables des condylomes ou verrues génitales
  • Les HPV de types cutanés et génitaux à potentiel cancérigène élevé (HR-HPV = High Risk - Human PapillomaVirus) : HPV-16 et 18 surtout, mais aussi 31, 33...

La vaccination : un enjeu de santé publique

La vaccination HPV contribue à prévenir l’infection responsable d'une proportion importante de plusieurs lésions précancéreuses et/ou de cancers du col de l'utérus, de la vulve, du vagin ou de l'anus dus aux HPV.

Depuis 2017, deux vaccins prophylactiques contre les infections par les papillomavirus sont disponibles et recommandés en France. Les deux vaccins ont démontré leur efficacité dans les essais cliniques dans la prévention des lésions précancéreuses du col de l’utérus, de la vulve, du vagin, de l’anus ainsi que des verrues génitales, permettant ainsi la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché pour ces indications.

Depuis son introduction en France, la vaccination HPV souffre des taux de couverture très insuffisants et en régression. Cette faible adhésion au programme de prévention ne permet de bénéficier ni de l’efficacité vaccinale constatée dans d’autres pays, ni de l’immunité de groupe attendue.

La stratégie vaccinale contre les HPV a évoluée ces dernières années. La recommandation la plus récente étend la vaccination aux garçons de 11 à 14 ans révolus avec un rattrapage vaccinal pour ceux âgés entre 15 et 19 ans révolus, elle est applicable depuis le 1er janvier 2021. 

En résumé, la stratégie vaccinale contre les HPV en France actuellement en vigueur est la suivante, la vaccination (vaccin Gardasil 9) est recommandée

  • chez toutes les filles et tous les garçons de 11 à 14 ans révolus (schéma à 2 doses),
  • un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes (hommes et femmes) de 15 à 19 ans révolus (schéma à 3 doses) ;
  • chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) jusqu’à l’âge de 26 ans (schéma à 3 doses). 

Le vaccin est remboursé à 65 % par l'Assurance maladie, sur prescription médicale. Les mutuelles et complémentaires santé peuvent compléter le remboursement. Dans certains centres de vaccination, la vaccination peut être gratuite.

  • crips_decrypt-hpv
    Décrypt'HPV - dépliant d'information
    Lien de téléchargement
    crips_decrypt-hpv

    Décrypt'HPV - dépliant d'information

    Les maladies à HPV sont un problème de santé publique pour lesquelles il existe des solutions : parlons-en ! 

    Dépliant d'information pour tout savoir les HPV : Qu’est-ce que c’est ? Comment ils se transmettent ? Quelles sont les pathologies induites ? Comment s’en protéger ? Quelles sont les fake news qui ont circulé sur le sujet ?

    Thématique: Vaccination
    Date de publication: 2019
  • crips_decrypt-hpv
    Décrypt'HPV - guide d'animation
    Lien de téléchargement
    crips_decrypt-hpv

    Décrypt'HPV - guide d'animation

    Les maladies à HPV sont un problème de santé publique pour lesquelles il existe des solutions : parlons-en !

    Ce guide s’adresse aux professionnels et futurs professionnels des secteurs sanitaires et éducatifs. Il vous servira de support pour mener des animations sur la thématique des HPV (appelés aussi Papillomavirus Humains) auprès des jeunes.

    Thématique: Vaccination
    Date de publication: 2019