CRIPS ÎLE-DE-FRANCE

TRIBUNE 18-09-2022 // "La France doit augmenter sa dotation au fonds mondial de 30% pour espérer un monde sans sida d'ici 2030"

Tribune parue dans le HuffPost le 18 septembre 2022.
Signée par Sylvie Carillon, présidente du Crips Île-de-France.

La France doit s’engager pour la santé mondiale

7e conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose

En janvier 2002, à l’initiative de l’ONU et de Kofi Annan, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme était créé par la communauté internationale dans le but de combattre ces pandémies ravageuses. 20 années plus tard, à l’heure du bilan, le Fonds mondial a investi plus de 60 milliards de dollars et sauvé 50 millions de vies. Le taux de mortalité lié à ces trois épidémies a baissé de plus de la moitié dans les pays bénéficiaires. Pour la première fois, son action nous permet d’espérer une fin, proche, de l’épidémie de VIH/sida.

Du 19 au 21 septembre prochains se tiendra la septième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial.

Elle est l’occasion pour les Etats de s’engager collectivement et avec audace pour bâtir des systèmes de santé plus durables, plus inclusifs et plus résilients. L’investissement pour mener à bien cet objectif doit être poursuivi et rehaussé.
Nous devons garder la ferme conviction que nous disposons des outils pour continuer de faire reculer ces épidémies, leur porter le coup de grâce et se prémunir contre celles à venir.
Investir dans le Fonds mondial permet de poser les jalons nécessaires pour mettre fin au VIH d’ici 2030. C’est l’objectif que s’est fixé la Région Ile-de-France en 2016 en se dotant d’un plan « Île-de-France sans sida ». Six années ont passé et elles ont été rythmées par de nombreuses avancées en dépit de la crise liée à la Covid-19 : progrès thérapeutiques, augmentation du dépistage, prévention auprès des publics prioritaires de la lutte et auprès des jeunes ont porté leurs fruits.

Ce combat ne peut cependant pas être circonscrit à l’échelle régionale, ni même nationale. Si ces maladies touchent plus violemment des pays du sud, où les systèmes de santé fragiles ne sont pas en capacité de contrôler les grandes épidémies, nous n’avons pour autant aucune chance d’y mettre fin sans penser les épidémies de façon globale.

C’est à l’échelle du Fonds mondial que se joue la fin de l’épidémie, en France comme ailleurs.

Cette 7 e conférence de reconstruction des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est l’occasion de rappeler le profond engagement volontariste de la France, 2 ème contributeur historique (5,65 milliards d’euros investis à ce jour), dans ce combat.

La France n’a cessé de mener la lutte mondiale contre la propagation du VIH/sida depuis le début de l’épidémie. Le Président Jacques Chirac avait ainsi été à l’initiative de la taxe mondiale de solidarité sur les billets d’avion au bénéfice de l’organisme international Unitaid. En 2019, la France, toujours, avait accueilli la précédente conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, avec à la clé la plus grande levée de fonds jamais obtenue pour une organisation multilatérale de santé (plus de 14 milliards de dollars).

Cette position de porte-drapeau de la lutte doit sans cesse être renouvelée, enrichie pour être toujours plus efficace et rassembleuse.

La France doit continuer à prendre position, à tenir ses engagements, à s’en fixer de plus ambitieux, à rassembler les énergies et les volontés pour se montrer collectivement à la hauteur des enjeux, dans une période où la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a fait payer le prix fort tant aux systèmes de santé qu’à la lutte contre le VIH/sida avec une baisse de plus de 22% des dépistages.

La Région Ile-de-France et son organisme associé le Crips Île-de-France prévention santé sida continuent d’être des fers de lance et des sources d’inspiration dans la région la plus peuplée de France.

Pour poursuivre et renforcer l’ensemble des actions menées et que cette lutte puisse trouver le même écho à l’échelle mondiale, nous appelons la France à augmenter de 30% sa dotation au Fonds mondial. Ces 30% permettront d’atteindre le montant minimal fixé par les experts – à 18 milliards de dollars américains – pour sauver 20 millions de vies.

Notre ambition de voir naître un monde sans Sida d’ici 2030 en dépend, et nous le devons aux malades, aux professions médicales, aux militants, à tous ceux qui ont donné leur vie pour comprendre et éradiquer le VIH/sida. Si proches du but, ne reculons pas.

Sylvie Carillon, présidente du Crips Île-de-France prévention santé sida, maire de Montgeron et conseillère régionale d'Île-de-France.

A découvrir

  • crips_retombee_africaradio_identité_sexuelle_2022
    15.12.22 // Identité, genre et sexualité : les questions que se posent les jeunes.
  • 01.12.22 // Journée Mondiale de lutte contre le sida : Les Français bien informés ?
  • crips_retombee_radiofrance_mouv_ist_2022
    01.12.22 // Reportage du Mouv' lors d'une journée de sensibilisation à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida