CRIPS ÎLE-DE-FRANCE

TRIBUNE // 1-12-21 // Il est urgent de lutter contre la sérophobie qui s'ignore

Par Sylvie Carillon, présidente du Crips Île-de-France.
Tribune parue dans le Monde le 1er décembre 2021 à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida.
crips_visuel_jms2021_sticker

40 ans après les découvertes des premiers cas de VIH/sida, alors même qu’aujourd’hui une personne séropositive sous traitement ne transmet plus la maladie, les discriminations envers les personnes vivant avec le VIH existent toujours.

Les chiffres de l’enquête CSA Research commandée par le Crips Île-de-France sont hélas révélateurs. 63% des personnes interrogées considèrent que la séropositivité constitue un critère important pour se lancer ou non dans une relation sentimentale. Pour les trois quarts, c’est la peur de la contamination qui génère ce malaise. Par ailleurs, 36% des parents seraient mal à l’aise si la personne qui garde leur enfant était séropositive. Et 27% le seraient si l'enseignant de leur enfant vivait avec le VIH. 

Et pourtant 80% se disent bien informés par rapport au VIH/sida, ce qui démontre que des aspects importants de l’information sur le VIH ne sont pas connus et ni compris.

crips_visuel_jms2021_sticker

Avons-nous mis en place au niveau national une information à la hauteur des enjeux ?

Prévue dans la loi du 4 juillet 2001, l’éducation à la sexualité peut être une base sur laquelle peut se construire une politique d’information efficace sur le VIH/sida. Elle consiste en l’obligation d’organiser au moins 3 séances annuelles d’information et d’éducation à la sexualité, à chaque niveau d’enseignement dans le premier et le second degré.

Ces séances ne se limitent pas à une information descendante sur des pathologies, mais elles permettent d’aborder et surtout d’échanger beaucoup plus largement autour des questions d’estime de soi, de respect de l’autre, d’acceptation des différences, de compréhension et du respect de la loi, de responsabilité individuelle et collective, etc. Ces séances ont cela d’essentiel qu’elles donnent l’occasion aux jeunes d’être outillés pour se construire. Et pourtant …

Si la loi est ambitieuse, son application reste très parcellaire. Une enquête du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes révèle que 25 % des écoles, 4 % des collèges, et 11,3 % des lycées n’ont mis en place… aucune séance ! Et très peu en mettent en place un nombre suffisant.

Cela fait plus de 30 ans que le Conseil régional d’Île-de-France a missionné le Crips Île-de-France pour faire de la prévention au sein des lycées et des CFA de la Région. Plus de 100.000 jeunes sont touchés chaque année par ses actions. Ces séances doivent être respectées sur tout le territoire, afin que chaque jeune finisse son cursus scolaire avec un bagage suffisant sur les questions de santé, prévention et lutte contre les discriminations.

 L’intérêt de renforcer l’éducation à la sexualité pour lutter contre la sérophobie est une évidence. C’est d’ailleurs ce que réclament le Français puisque 69 % d’entre eux déclarent que renforcer la prévention en milieu scolaire serait la priorité pour améliorer le niveau d’information sur le VIH/sida.

Exemplaire en la matière mais ne pouvant venir qu’en appui d’une politique nationale enfin responsable, la Région Île-de-France a décidé de faire de l’éducation à la sexualité et de la lutte contre la sérophobie un axe important de son plan « Île-de-France sans sida », dans les établissements scolaires comme en direction du grand public. Cette année encore, la Région diffusera dans les trains et les RER une campagne d’information pour informer sur la prévention diversifiée.

crips_jms2021_visuel_1
crips_jms2021_visuel_1

Rares sont les villes et régions dans le monde à parler de ce sujet dans les transports en commun. Mais pour nous, c’est une évidence : dans la première région de France touchée par le VIH, celle où vivent le plus de personnes séropositives, nous devons affirmer largement les messages de prévention et d’égalité !

La lutte contre la sérophobie est également très concrète avec la décision de la Région de permettre aux personnes vivant avec le VIH d’être soutenues dans leur démarches pour devenir propriétaires, alors que l’accès au crédit était jusqu’à présent plus difficile pour elle.

C’est sur tous les terrains que nous devons nous battre pour une Région plus respectueuse des personnes vivant avec le VIH.

À lire aussi

  • crips_visuel_jms2021_sticker
    Crips x CSA rapport du sondage 2021 - 40 ans VIH/sida
    Lien de téléchargement
    crips_visuel_jms2021_sticker

    Crips x CSA rapport du sondage 2021 - 40 ans VIH/sida

    Découvrez les résultats du sondage : "Le rapport des Français au VIH/sida 40 ans après son apparition : évaluation des connaissances et des perceptions"

    Thématique: Prévention du VIH/sida, IST, hépatite
    Date de création 19/11/2021
    Date de modification 21/01/2022
  • crips_visuel_jms2021_sticker
    #StopSérophobie : vous êtes la solution aux discriminations
  • crips_visuel_jms2021_sticker
    Sondage 2021 : en France, une sérophobie qui s'ignore