CRIPS ÎLE-DE-FRANCE

Pour mettre fin au VIH d'ici 2030, la France doit augmenter sa dotation au Fonds mondial de 30%

Les 18 et 19 septembre 2022 se tiendra aux États-Unis la 7e Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Son budget doit répondre aux défis de la santé mondiale contre ces trois pandémies et contribuer à la création de systèmes de santé résilients et durables. 

L’objectif ? Récolter 18 milliards de dollars US, une somme plancher pour faire face à une situation très dégradée au niveau mondial.  
Engagée très fortement et de longue date dans la lutte contre le sida au niveau mondial, la France se doit de donner l’exemple et augmenter sa dotation de 30%. 

Le Crips Île-de-France, dont l'enjeu est de sensibiliser les jeunes dans le cadre du plan Île-de-France sans sida, exorte la France à augmenter sa dotation au Fonds mondial.

Pourquoi la France doit augmenter sa dotation de 30% au Fonds mondial ?

La France a une place de leader dans la réponse au VIH au niveau mondial et doit renforcer cette place. La France a par exemple lancé, en 2005, la taxe de solidarité sur les billets d’avion, taxe permettant de financer UNITAID. Concernant spécifiquement le Fonds mondial, la France en est membre fondateur et siège au sein du Conseil d’administration du Fonds mondial et dans deux des trois comités permanents chargés de préparer et d’assurer le suivi des travaux du Conseil d’administration. La France est la deuxième contributrice historique. Lors de la 6e Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, accueillie à Lyon en octobre 2019, ce sont 14 milliards de dollars US qui ont été récoltés. Soit la plus grosse levée de fonds en matière de santé mondiale. La France doit être au rendez-vous pour la 7e Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, car c'est un outil efficace qui permet de répondre à l'urgence d'une situation extrêmement dégradée au niveau mondial.

Le Covid-19 a eu un impact très négatif sur les systèmes de santé, avec une baisse des dépistages du VIH de 22 % et une augmentation des décès dus au paludisme de 12 %. 

La France défend une institution avec des résultats très probants : spécifiquement sur le VIH, le Fonds mondial a investi près de 23 milliards de dollars US, soit 25 % du financement international des programmes de lutte contre le VIH. Dans les pays où le Fonds mondial investit, les décès imputables au sida ont diminué de 65% et les nouvelles infections de 54 % depuis 2002. Globalement, ce sont 21,9 millions de personnes qui sont sous traitement antirétroviral.

Le Fonds mondial adopte depuis le début une approche efficace basée sur les droits humains, l’inclusion des communautés, des bénéficiaires et des personnes concernées dans le processus de décision et de mise en œuvre. Il investit fortement dans des programmes de santé communautaire qui favorisent l’accès aux services de santé pour toutes et tous. De cela, il favorise des changements sociaux et politiques pour réduire les obstacles à l’accès à la prévention et aux soins liés aux droits humains ou à l’égalité de genre. 

Le Fonds mondial permet de construire des systèmes de santé résilients et durables. Plus d’un milliard de dollars par an - montant qui doublera entre 2023 et 2026 – sont investis dans le renforcement des systèmes de santé. Concrètement, le Fonds mondial soutient le rôle essentiel des ressources humaines en santé, y compris communautaires, dans l’accès aux services de soins pour l’ensemble des populations, même les plus marginalisées. 

Le Fonds mondial permet le renforcement de la préparation aux nouvelles pandémies. 1/3 des investissements du Fonds contribue à cet objectif majeur.

Des données épidémiologiques alarmantes 

Au cours des deux dernières années et demie, la concomitance entre la pandémie de sida et de COVID-19 – ainsi que les crises économiques et humanitaires – ont fragilisé la lutte contre le VIH :

  • 28,7 millions de personnes seulement ont accès à la thérapie antirétrovirale. 1,5 million de personnes ont été infectées par le VIH en 2021
  • Aujourd’hui, 38,4 millions de personnes vivent avec le VIH. 54% de ces personnes sont des femmes et des jeunes filles. 
  • Chaque jour, 4000 personnes sont infectées par le VIH.  

Des progrès trop lents pour l’objectif 2030

Globalement, les progrès continuent mais ils sont toutefois beaucoup trop lents pour tenir l’objectif des États pour 2030, c’est-à-dire la fin du sida comme menace pour la santé mondiale.

Deux données illustrent cette dégradation :

  • Les nouvelles infections au VIH dans le monde ont continué de baisser l'année dernière mais seulement de 3,6 % comparé à 2020. C'est la plus petite réduction depuis 2016.
  • Le nombre de personnes vivant avec le VIH ayant accès à un traitement a continué d'augmenter en 2021, mais seulement de 1,47 million, comparé à 2 millions les années précédentes. C'est la plus petite augmentation depuis plus de 10 ans.
crips_visuel_chiffres_onusida_2022
crips_visuel_chiffres_onusida_2022

Des résultats en corrélation direct avec un niveau de financement en baisse

Depuis 10 ans, le niveau de l’aide publique au développement pour le VIH provenant de donateurs bilatéraux autres que les États-Unis d’Amérique a chuté de 57 % au cours de la dernière décennie.En 2021, les ressources internationales disponibles pour le VIH étaient inférieures de 6 % à celles de 2010. 

La Banque mondiale prévoit que 52 pays, où vivent 43 % des personnes vivant avec le VIH, connaîtront une baisse significative de leur capacité de dépenses publiques jusqu’en 2026.

Données ONUSIDA / disponibilité des ressources pour la riposte au VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire, 2010-2021 et objectif 2025

crips_chiffres_onusida_2022_2
crips_chiffres_onusida_2022_2

De nouveaux investissements sont nécessaires dès maintenant pour mettre fin au sida d’ici 2030 !

Comme le note l’ONUSIDA, « il sera nettement moins coûteux de tenir les promesses faites lors de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) en 2021 que de sous-investir maintenant et de risquer de nouveaux reculs ». 

C’est en cela que le succès de la 7e Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme revêt un caractère impérieux.

Le Fonds mondial : un outil qui compte pour la santé mondiale

Créé en 2002 à l’initiative des états du G7, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est une fondation internationale à but non lucratif destinée à mobiliser et investir des ressources supplémentaires, au-delà des financement domestiques, bilatéraux et multilatéraux, pour mettre fin aux épidémies de VIH, de tuberculose et de paludisme à l’appui de la réalisation des objectifs de développement durable (ODD 3 de l’ONU « bonne santé et bien-être »).

Les axes d’action

Initialement centré sur l’urgence et donc l’accès aux traitements pour réduire le nombre de décès, son action s’est fortement diversifiée autour du renforcement du système de santé et du déploiement de la couverture sanitaire universelle. Objectif auquel s’est ajoutée la préparation de la réponse aux pandémies.

Les résultats de l’action du Fonds mondial

Le résultat de son action depuis 20 ans ? 44 millions de vies sauvées !

Spécifiquement sur le VIH, le Fonds mondial a investi près de 23 milliards de dollars US, soit 25 % du financement international des programmes de lutte contre le VIH. Dans les pays où le Fonds mondial investit, les décès imputables au sida ont diminué de 65 % et les nouvelles infections de 54 % depuis 2002. 

Les enjeux de la 7e reconstitution des ressources du Fonds mondial

Sauver 20 millions de vie

La lutte contre le VIH/sida, en France comme ailleurs, ne peut se mener qu'à un niveau mondial. Les efforts consentis par les villes, les région, comme la région Île-de-France via le plan Île-de-France sans sida depuis 2016, ou les Etats seront vains si une réponse globale n'est pas entreprise.

Dans un monde ou les échanges sont de plus en plus constants, c’est à l’échelle du Fonds mondial que se joue la fin de l’épidémie, en France comme ailleurs.

Mieux comprendre les enjeux du fonds mondial :

"Le VIH n'est pas qu'une lutte médicale."
Lutter contre le VIH au Maroc
Younes Yatine (ALCS Maroc)
"Il faut travailler le volet social et les droits humains."
Lutter conte le VIH en Côte d'Ivoire
Franck Amani (AGCS+)
"Rien pour nous sans nous"
Lutter contre le VIH au Burkina Faso
Jean-Clément Somé (REVS PLUS)

La paire-éducation 

"L'expérience de l'un fait la force de l'autre."
Lutter contre le VIH au Burundi
Amanda Martty Dushime (ANSS - Réseau « Grandir Ensemble »)
"Lutter c'est avoir le courage de s'assumer"
Lutter contre le VIH au Cameroun
Joseph Messinga Nkonga (AGCS+)

Le VIH pédiatrique

"Le VIH pédiatrique est oublié."
Lutter contre le VIH au Togo
Sitsope Adjovi Husunukpe (Espoir vie Togo / Réseau « Grandir Ensemble »)
"Du travail, il reste encore du travail."
Lutter contre le VIH au Togo
Koffi Emmanuel Hounsime (Espoir vie Togo / Réseau « Grandir Ensemble »)

Focus sur les jeunes et les femmes 

 

"On doit se mobiliser ensemble."
Lutter contre le VIH au Burkina Faso
Farida Sonia Tiemtore (Les Héroïnes du Faso)
"Il faut aller vers les jeunes pour les sensibiliser."
Lutter contre le VIH en Côte d'Ivoire
Pélagie Kouamé (ONG Conscience et Vie)
Membre du programme Voix EssentiELLES, mis en œuvre par Speak Up Africa
  • crips_visuel_fonds_mondial_vih
    Argumentaire interassociatif sur la 7e Conférence de reconstitution du Fonds mondial (932ko)
    Lien de téléchargement
    crips_visuel_fonds_mondial_vih

    Argumentaire interassociatif sur la 7e Conférence de reconstitution du Fonds mondial

    "En 2019, la France a été au rendez-vous pour mobiliser les ressources nécessaires pour lutter contre les pandémies de VIH/sida, tuberculose et paludisme. Trois ans plus tard, les besoins pour lutter contre ces maladies sont encore plus importants. Les contributeurs du Fonds mondial, dont la France fait partie, doivent renforcer leur engagement d’urgence pour éradiquer ces maladies."

    Date de publication 2022
    Auteur: Le Fonds mondial
  • crips_visuel_argumentaire_fonds_mondial
    Argumentaire Fonds mondial 2022 (13769ko)
    Lien de téléchargement
    crips_visuel_argumentaire_fonds_mondial

    Argumentaire Fonds mondial 2022

    "Au moins 18 milliards de dollars US, au terme de la septième reconstitution des ressources du Fonds mondial, permettraient de sauver 20 millions de vies, de réduire le taux de mortalité du VIH, de la tuberculose et du paludisme de 64 % et de bâtir un monde plus sain et plus équitable."

    Date de publication 2022
    Auteur: Le Fonds mondial
  • crips_visuel_rapport_2022_onusida
    ONUSIDA - rapport mondial actualisé sur le sida 2022 (3015ko)
    Lien de téléchargement
    crips_visuel_rapport_2022_onusida

    ONUSIDA - rapport mondial actualisé sur le sida 2022

    "L’Europe de l’Est et l’Asie centrale, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ainsi que l’Amérique latine ont tous connu une augmentation du nombre annuel des infections à VIH au cours de la dernière décennie."

    Date de publication 2022
    Auteur: ONUSIDA

À lire aussi

  • crips_retombee_africaradio_identité_sexuelle_2022
    15.12.22 // Identité, genre et sexualité : les questions que se posent les jeunes.
  • 01.12.22 // Journée Mondiale de lutte contre le sida : Les Français bien informés ?
  • crips_retombee_radiofrance_mouv_ist_2022
    01.12.22 // Reportage du Mouv' lors d'une journée de sensibilisation à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida