Parcours éducatifs de santé

" La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d'assurer un plus grand contrôle sur leur santé, et d'améliorer celle-ci. " Charte d'Ottawa, 1986

En accord avec les notions d'empowerment, la définition de l'Organisation Mondiale de la Santé propose une définition d'un concept visant à optimiser la santé des individus tout en se positionnant en amont des maladies. La promotion de la santé consiste à activer trois leviers d'action : éduquer, prévenir, protéger. Chacune de ces dimensions sont intégrées dans les parcours éducatifs de santé (PES).

Ces parcours sont corrélés au continuum éducatif, progressifs tout au long de la scolarité, et adaptés aux différents cycles. Déclinés en séances, les parcours ont vocation à être ancrés dans les pratiques pédagogiques et les modules déjà présents, et doivent faire l'objet d'un enseignement spécifique suite au décret n°2015-372 du 31 mars 2015. Les séances organisées doivent répondre à un certain nombre de critères pour s'inscrire dans une démarche de promotion de la santé.

" Contentons-nous de faire réfléchir, n'essayons pas de convaincre. " George Braque

Les interventions organisées ont vocation à questionner les élèves sur l'altérité, la relation aux autres, les émotions, ou encore les sentiments, en agissant sur certaines compétences psychosociales comme l'esprit critique, l'empathie, la conscience de soi. Il s'agit donc de respecter le choix de chacun, de ne pas faire d'injonctions normatives, ou encore de stigmatiser certaines personnes.

En effet, au regard des normes de l'Organisation Mondiale de la Santé, les compétences psychosociales constituent un levier pour la prévention et l'accompagnement du développement d'individus responsables et libres. Elles représentent la capacité d'une personne à répondre efficacement aux exigences de la vie quotidienne, en maintenant un état de bien-être mental.

Mis en place en 2016, les parcours éducatifs de santé (PES) recouvrent tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée, et permettent aux élèves d'avoir les outils nécessaires pour prendre soin de leur santé physique et mentale. Dans le cadre de l'enseignement primaire, les temps consacrés à l'éducation à la sexualité, qui est l'une des thématiques des PES, consistent, par exemple, à savoir situer et nommer les différentes parties du corps humain. Ces temps incombent au professeur des écoles. Au collège et au lycée, la loi prévoit trois séances annuelles d'éducation à la sexualité, assurées par les équipes éducatives ou, le cas échéant, par des partenaires extérieurs.

En 2017, le Défenseur des droits a publié un rapport sur le respect des droits de l'enfant en France et notamment des recommandations qui avaient été faites par la Commission des droits de l'enfant de l'ONU. Force a été de constater que l'éducation à la sexualité, enjeu fondamental pour le développement physique et mental des jeunes, n'est pourtant pas assurée pleinement. L'obligation de conduire les trois séances annuelles n'est que très peu suivie et ne s'inscrit pas suffisamment dans une approche de promotion de la santé.