Pourquoi l’engagement des jeunes est-il un enjeu de promotion de la santé ?

La santé est la deuxième cause d’engagement chez les jeunes de 18 à 30 ans, après le sport, et à égalité avec l’environnement, mais de quel engagement parle-t-on ?

L’engagement des jeunes a beaucoup évolué ces dernières années, en écho à l’évolution de nos sociétés, nos façons d’échanger, de s’exprimer.

L’une des modifications les plus notables est le déclin de participation à la vie publique : le vote, l’adhésion à un syndicat ou à un parti politique. L’expression des jeunes dans la vie de la Cité s’éloigne de ces modèles qui semblent au mieux, éloignés de leurs considérations et intérêts, au pire, en désaccord avec les valeurs qu’ils et elles souhaitent porter dans la société. Les jeunes s’engagent désormais bénévolement dans des associations, d’autant plus depuis l’année tragique de 2015. 

Pourtant, tous les jeunes ne s’engagent pas de la même façon. Une étude de l’INJEP a notamment mis en évidence la corrélation entre un niveau élevé d’études et l’engagement des jeunes. Ainsi, que cet engagement prenne la forme d’un bénévolat, de la signature en ligne d’une pétition, d’un boycott, de l’occupation de lieux et autres sit-in, les jeunes très diplômés sont plus investis dans la vie de la Cité que celles et ceux qui sont plus éloignés de la vie économique et sociale. L’étude de l’INJEP note également chez les jeunes engagés une plus forte implication dans la vie publique au travers d’une plus grande information sur les sujets d’actualité et une capacité plus importante à exprimer leurs opinions. 

Les jeunes engagés font donc partie des jeunes dont les compétences psychosociales sont davantage développées : c’est-à-dire « la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne », comme la capacité à dire non, à s’exprimer, à identifier ses émotions ou encore avoir de l’empathie. Ainsi l’étude de l’INJEP souligne également la corrélation entre l’engagement et la confiance en l’avenir : 47 % des jeunes très confiants dans leur avenir sont bénévoles. Ces compétences et cette confiance font d’elles et eux des individus en capacité de prendre soin d’eux, mais aussi de leurs pairs. 

C’est précisément ce pour quoi nous nous sommes engagés, au Crips, dans la promotion de l’engagement des jeunes en santé, et plus particulièrement en promotion de la santé. Positionnés sur une approche de développement des compétences psychosociales et de renforcement des capacités des jeunes à prendre soin d’eux-mêmes, nous souhaitons contribuer à l’augmentation de leur estime d’eux-mêmes et lutter contre les stéréotypes concernant la jeunesse.

En effet, les conceptions stéréotypées renforcent aussi l’autocensure des jeunes dans des situations qui pourraient avoir un impact positif sur eux, et s’accompagnent parfois d’un discours moralisateur auquel le public sera réceptif, au détriment d’une approche positive. La présomption de l’immaturité inhérente à la jeunesse contredit l’objectif d’autonomisation et de renforcement des capacités des jeunes sur les questions de santé qui les concernent, mais également sur celles dont ils seraient en mesure d’agir efficacement au profit de leurs pairs. 

Aussi, la faiblesse de la participation effective des jeunes dans l’élaboration des réponses et des politiques publiques de santé participe au sentiment de « stigmatisation » par la société « adulte ». Ce phénomène entraîne parfois « une “méfiance” vis-à-vis des actions mises en œuvre par les professionnels » (Amsellem-Mainguy Yaëlle, 2014). Les politiques de santé en direction des jeunes se construisent encore majoritairement à partir de représentations liées aux risques associés à cette classe d’âge, au détriment d’une approche portant sur les « ressources et les aspirations de la jeunesse ».

L'Escape Camp

C’est pourquoi nous nous sommes attelés à proposer de nouveaux formats d’action privilégiant leur participation, leur prise de parole, et mobilisant leurs différentes sensibilités sur nos thématiques. Nous avons ainsi réalisé deux éditions de l’Escape Camp : un rassemblement de jeunesse aspirant à donner des ressources et compétences aux jeunes qui envisagent un engagement en santé. 

Le cahier engagé

C’est également cet objectif qui nous a menés à la construction d’un cahier engagé, inspiré des cahiers de vacances, pour renforcer les capacités des jeunes à être acteurs et actrices de la lutte contre les discriminations et de la promotion de la santé sexuelle. Cet outil a été accompagné de séances de formation gratuites, à la demande des jeunes, afin de leur apporter les éléments nécessaires à leur engagement auprès de leurs pairs sur ces sujets.

Les hackathons

Par ailleurs, un des enjeux de la promotion de l’engagement consiste à impliquer les bénéficiaires de nos actions dans leur conception et dès l’idéation. C’est pourquoi nous avons proposé plusieurs événements aux jeunes de 18 à 25 ans visant à rendre accessibles les ressources nécessaires à l’élaboration de projets en santé, via une démarche collaborative et une méthode d’apprentissage par l’action : les hackathons, événement concours sur un week-end où des équipes pluridisciplinaires répondent à une problématique donnée au début de l’action.

La Couveuse

Enfin, la Couveuse est un programme d’accompagnement sur huit mois pour guider durablement les envies d’engagement des jeunes sur nos thématiques.

Il s’agit également d’être en mesure d’aller à la rencontre des jeunes les plus éloignés de l’engagement, afin d’être en cohérence avec nos objectifs de développement des compétences psychosociales. C’est pourquoi nous nous sommes associés pour le recrutement des membres de la Couveuse à Unis-Cité, dont la mission centrale est d’offrir l’opportunité à tous les jeunes de vivre, à une étape de leur vie, un engagement au service des autres.

Plus que promouvoir leur engagement, nous souhaitons porter leurs voix et faire en sorte que leurs idées soient entendues, et que l’on reconnaisse que la jeunesse ou le manque d’expérience ne rendent pas leurs idées moins pertinentes, mais visionnaires.