CRIPS ÎLE-DE-FRANCE

VIH/sida : la prévention aujourd'hui

Une actualisation des connaissances pour mieux comprendre les avancées scientifiques récentes et l'ensemble des outils de prévention disponibles.
crips_cartes-postales_vih

Ces dernières années, d’immenses progrès scientifiques ont été réalisés. Ils restent trop peu connus face aux idées reçues que beaucoup gardent à l’encontre du VIH et de la prévention. La lutte contre le sida et la vie avec le VIH ont changé.

Tous les acteurs de première ligne participent à relayer ces nouvelles connaissances auprès de leur public pour contribuer à mettre fin à l'épidémie et permettre à chacun de choisir le moyen de prévention adapté à ses pratiques, en toute connaissance de cause.
Cette page résume les principales informations à connaître.

[Etat des connaissances : mai 2021]

crips_cartes-postales_vih

La prévention : diversifiée et médicale

Aujourd’hui la prévention n’est plus centrée uniquement sur le préservatif. Elle est dite diversifiée, car composée de nombreux outils permettant à chacune et chacun d’adapter sa prévention à sa vie, ses possibilités, ses envies, favorisant ainsi une appropriation de la prévention en général.

  • Les préservatifs

    Le préservatif interne (dit féminin) et le préservatif externe (dit masculin) restent toujours le moyen le plus facile d’accès pour se protéger du VIH et des autres IST. Il en existe de différentes tailles, formes, couleurs, parfums… et certaines marques sont mêmes remboursées par la sécurité sociale sur prescription médicale.

     

  • Le dépistage

    La multiplication des outils de dépistage (en laboratoire, en Cegidd, via un dépistage rapide ou via un autotest) permet de travailler efficacement vers une plus grande précocité du dépistage suite à une exposition au VIH, ainsi qu’à une plus grande régularité d’utilisation pour les populations les plus concernées. Se dépister, c’est prendre soin de soi, c’est prendre soin des autres.

     

  • La réduction des risques pour les utilisateurs de drogues

    Cette politique sanitaire, très efficace, se conçoit comme une « palette » d’outils destinés à réduire les risques, notamment liés à la transmission du VIH : mise à disposition de matériel stérile, accès à des traitements de substitution, etc.

     

  • Le traitement post-exposition

    Ce dispositif, trop peu connu, permet à une personne séronégative ayant été exposée au VIH de prendre un traitement antirétroviral pendant un mois et ainsi empêcher une contamination au VIH. Le traitement, disponible gratuitement dans tous les services d’urgences des hôpitaux, doit être pris dans les heures qui suivent l’exposition au VIH, au maximum 48 heures après.

     

  • La prophylaxie pré-exposition (PrEP)

    La PrEP consiste pour une personne séronégative à prendre un traitement antirétroviral avant l’exposition au VIH. Ce dispositif de prévention est proposé aux personnes fortement exposées au VIH. Remboursée à 100 %, elle est prescrite par un médecin spécialisé et dans les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic du VIH, des hépatites virales et des IST (Cegidd).

  • Le traitement comme prévention (TasP)

    Le traitement antirétroviral, pris régulièrement par les personnes vivant avec le VIH, abaisse très fortement la présence du virus dans leur sang jusqu’à l’obtention d’une charge virale indétectable. À partir de là, et avec ce critère de charge virale indétectable, une personne séropositive ne peut pas transmettre le VIH.

Favoriser, pour chacun, l’accès à l’information, au dépistage et au soin, c’est le défi à relever aujourd’hui. 
Sur tous les territoires d'Ile-de-France, à différents niveaux nous pouvons agir au plus près des besoins des publics, et d’abord des plus vulnérables, sans discrimination et dans un souci de réduction des inégalités sociales de santé.

A lire aussi :

  • Le dépistage du VIH
  • crips_suis-je-PREP
    La PrEP
  • Crips_logo_AFRAVIH
    VIH/sida : les bases pour comprendre